Les comptes-rendus : les sorties raquettes à neige

saison 2017 - 2018

Col du Loup

Mercredi 4 avril

 

Ce mercredi, malgré une météo peu favorable annoncée depuis le WE, nous étions 10 prêts à affronter le mauvais temps. Mais depuis la veille un créneau météo était annoncé avec du soleil dans la matinée.

Départ du village du Biollay à 1330m par la route encore enneigée, nous  permettant de chausser les raquettes immédiatement. La montée s’est faite par un sentier en forêt, un peu raide, semé d’embuches avec quelques arbres en travers du chemin nous obligeant à faire quelques enjambées (dur pour certaines avec nos petites jambes !)

La montée jusqu’au chalet du Col du loup était bien agréable, la vue bien dégagée tout le long de la croupe. Là, le vent nous a rattrapé et c’est avec quelques nuages et une bise bien fraiche que nous avons terminé notre ascension. Le repas fut vite pris, mais sans oublier nos traditionnelles mignardises !

La descente fut moins agréable, dans une neige lourde, avec un ciel de plus en plus chargé et c’est avec quelques gouttes d’eau que nous sommes arrivés aux voitures.

Cette balade s’est terminée à l’auberge de Bonneval, toujours bien accueillis, autour d’une boisson réhydratante.

 

Annick C.

  • Les photos de D'Annick V. sont ici
  • Les photos de Françoise sont ici

Le Bec Rouge

Mercredi 21 mars

 

Pour simplifier l'organisation de la journée et en assurer la sécurité, nous ne ferons qu'un groupe au départ du Châtelarď.

Très rapidement le soleil nous rejoint, montée en forêt sur une neige encore bien épaisse, la colonne est serrée, chacun voulant profiter au maximum de l'aspiration de Dominique qui nous mène bon train. Les rayons du soleil éclairent le sous bois, la lumière nous irradie. 

Déjà cinq cent mètres de dénivelé avalé, notre groupe se divisera là et c'est à quatre que nous grimperons jusqu'au sommet,  une belle trace nous y invite. Neige immaculée soleil sous un grand ciel bleu, nous jubilons, euphorique le sommet nous accueille et y dressons la table pour notre collation. 

Descente rapide et nous rejoignons avec peu de retard nos confrères. Petit halte à Seez pour nous réhydrater.

 

Yves

  • Les photos de Jean Louis sont ici

Rassemblement du club 

dimanche 18 mars

 

Départ : Pussy, Le Nécuday

Arrivée au Sommet : Le Bellacha

Retour à Pussy, Repas : Le Bellacha ! Et entre les deux : une odeur de cookies, une saveur de génépi, et des radis.

 

JP

  • Les photos d'Agnes sont ici
  • Les photos de Françoise sont ici
  • Les photos de JP sont ici

Le Plan de la Limace

Mercredi 16 mars

 

Yves responsable pour cette journée, ayant fixé le Rdv à Moutiers à 7h30 le réveil fut pour moi plus matinal qu’à l’accoutumée. Arrivé sur le parking de Darantasia à l’heure prescrite et en même temps que Nicole IV, notre guide nous embarque tous les deux dans sa nouvelle voiture au coffre adapté aux nombreux sacs, chaussures et raquettes pour Albertville en n’oubliant pas de prendre au passage Françoise laquelle nous attendait à Petit Cœur.

De son côté Jean-Louis voiturait avec Nicole II d’Albertville à ST Pierre d’Albigny où nous nous retrouvons tous y compris Josette qui demeure à proximité. Puis en convoi nous prenons la route de Ecole puis Jarsy et enfin Le Coudray (altitude 918m) où les véhicules garés notre colonne s’élance à 9h15 les raquettes sur le sac précédée par un petit groupe que nous doublerons assez rapidement, le cheminement à travers prés et couverts de feuillus s’avère praticable pour les piétons que nous sommes mais arrivés à proximité des chalets du Chargieu nous nous équipons.

Des accumulations de neige cachent parfois le chemin, mais une progression régulière sous un ciel changeant nous amène à la côte 1543, où nous croisons un skieur descendant vers la vallée lequel précise qu’une boucle par le Bois du Replat nous éviterait de revenir à notre point de départ par le même chemin.

Après une brève halte, Josette assure la trace, personne n’ayant encore foulé la couche de neige tombée tout récemment, jusqu’au moment où un randonneur à ski nous dépasse pour s’arrêter au petit sommet que nous avions atteint sous la conduite de Nicole Boitte l’année dernière à 1836m.

Arrivés à notre objectif vers midi, Yves nous suggère de casser la croûte en nous abritant un peu du vent à côté de quelques arbustes isolés.

Le partage de diverses douceurs sucrées effectué et avec, pour certains, une gorgée de génépi, nous admirons au dessus de nous, les festons sur la pente du skieur solitaire précité.

Le temps du retour arrivant, chacun prend plaisir à laisser dans les pentes blanches l’emprunte de ses pas nous croisons plusieurs groupes en raquettes suivant avec application nos traces de montée, le site semble très couru en période de risque d’avalanche.

Avant de rentrer dans la forêt nous nous arrêtons à la Croix d’Allant qui brille de mille feux grâce à sa carapace de tuyaux de poêle, Françoise en sa qualité de photographe officielle de l’équipe immortalise notre randonnée puis, carte à l’appui un tour d’horizon permet de nommer différents sommets environnants notamment La Dent De Pleven, Le Mont Trelod, Le Mont Pecloz.

Plus bas, certains croyant aller plus vite, descendent droit dans la pente mais le slalom entre les sapins et les boqueteaux de noisetiers déjoue leur calcul.

Un site d’escalade bien signalé retient notre intérêt.

Nos deux voitures retrouvées mais entourées d’une bonne dizaine d’autres (c’est dire la renommée du lieu) nous reprenons la route d’Ecole où la boulangerie réputée justifie une halte pour quelques achats.

De retour à St Pierre nous profitons du café de la place pour boire un pot tout en grignotant les biscuits de Josette achetés au bon faiseur d’Ecole.

Encore une excellente journée pour le groupe sortie raquettes du CAF MHT et merci à Yves et Josette.

 

Dominique

 

  • Les photos de Françoise sont ici
  • Les photos de Jean Louis sont ici

Crève Tête

mercredi 7 mars

 

Ce mercredi, par une météo capricieuse, nous étions 9 pour effectuer cette sortie dans mon terrain de jeu, c’est à dire à Crève Tête.

Départ sous une petite neigeote fine de l’Aigle Blanc. Nous nous séparons immédiatement en deux groupes, 4 d’entre nous ayant prévu d’aller plus haut.

La montée se déroule tranquillement en forêt, sur une belle neige à peine tracée, les arbres encore chargés de cette belle poudre blanche.

Arrivés vers le chalet du Bachal, nous rencontrons des skieurs aux têtes bien connues (des cafistes ici !) qui ont eu la même idée que nous.

La suite du parcours continue en forêt puis, après quelques petits raidillons, nous arrivons sur le crête. Là, des petites apparitions du soleil nous poussent à poursuivre un peu plus haut au « pays des gnomes » où nous nous poserons pour notre pause déjeuner. Nos 4 compagnons nous y rejoindrons en descendant de leur bosse (100m plus haut) et nous entamerons une belle descente dans une neige bien confortable, nous permettant d’attaquer « dré dans le pentu »

Et bien sur, le verre réconfortant à l’arrivée.

 

Annick

  • Les photos de Françoise sont ici

Soirée pleine lune

vendredi 2 mars

 

Nous étions cinq raquetteurs pour rencontrer la lune ce vendredi 2 mars. De 10 inscrits au départ nous sommes restés 5, le groupe a fondu comme neige au soleil. Nous étions bien décidés à profiter de cette fenêtre d'éclaircie annoncée par la météo pour la fin d'après-midi. Au-delà de nos espérances, le temps était magnifique, le ciel lavé de ses nuages, le brouillard évaporé.

La montée dans la Combe du Bridan en direction du Logis des fées a été un pur plaisir, calme et sérénité. 

 

Le jour fuit et laisse place à un coucher de soleil aux nuances changeantes de rose sur le Cheval Noir et la Vanoise au loin. Seuls en bordure de la forêt avec les sapins chargés de neige, un vrai paysage d'hiver. 

Peu d'efforts pour faire la trace, Manu était passé avant nous. Arrivés au refuge à la nuit tombante, la halte n'a pas été longue. Nous voilà de suite repartis à la frontale pour assister au lever de la lune. D'abord cachée derrière un nuage, elle est enfin apparue toute ronde et brillante.

Après cette balade au clair de lune nous avons levé nos verres pour fêter l'anniversaire d'Annick. Chauffés par un bon feu de bois nous avons apprécié le tajine mijoté par Manu. Bonne nuit, mais le temps n'étant pas favorable pour une randonnée au lac de l'Arpette comme prévu, nous sommes redescendus sous une petite neige. Tous très contents de cette soirée. 

 

Nicole Boitte

  • Les photos de Françoise sont ici

Chapelle St.Pierre

Mercredi 28 février

 

Les gestes techniques d’usage réalisés, huit personnes, la capuche rabattue sur les visages, traversent par -14° le village du Miroir (1220 mt.), en direction du Plan de La Sassière. Le soleil caresse les pentes sud du Bec Rouge, il nous faudra 1 heure de marche avant de le sentir au Crot.

Les épaisseurs sont enlevées, et par le sentier d’été tout enneigé, nous attaquons la montée vers Pierre Giret (1770 mt.). Quelques chamois naviguent sur les neiges exposées Sud Est du Bec Rouge, loin de la foule des randonneurs. A par nous ce jour, nous ne croiserons que 2 skieurs de randonnée !!!...

Au hameau de La Savine, le foehn monte en puissance, les nuages envahissent le ciel, l’effet de jour blanc apparaît. 1/2 heure face au vent violent, une trace à faire, le doute sera de courte durée : nous irons au but du jour. Au fond du vallon de la Vacherie, la trace se dessine un peu à l’abri de Eole. A 12H15 la Chapelle St.Pierre ( 2030mt.), disparaissant sous la neige, est atteinte.

En 20 minutes, les photos dans la boîte, le casse croûte avalé, le retour se fera dans un vent violent jusqu’au Miroir. La neige vole de partout. Quel temps. Et dire que vendredi soir nous remettrons le couvert en Lauzière pour admirer la lune !

 

Claude

Col de la Portette 

Mercredi 21 février 

 

Si la météo s'annonce bonne pour cette journée, c'est la condition physique de nos participants qui nous fera adopter le plan B.

Un groupe montera bien au plus haut au Col de la Portette, l'autre équipe se contentera du Col de la Chaille.

Nous connaissons bien le départ de notre randonnée raquettes pour y être venu pour le Mont Rosset. Aujourd'hui nous bifurquons à la Chapelle Saint Barnabé, pour prendre le vallon du torrent de la Portette. Dans cette montée nous cotoyons un groupe de chasseur Alpin qui prendra plus à gauche pour gravir le Rocheboc et descendre par un couloir NE. Leur colonne dessine de beaux Z sur la pente et embellit le panorama. 

Le lac de la Portette se repose sous son epais manteau de neige, au col nous nous réfugions à l'abri de rochers pour le casse-croûte, rapidement expédié car déjà le vent a tourné et nous saupoudre de neige, le café et son accompagnement seront dégustés plus bas bien au chaud sur les pentes. 

Chez Milka les deux groupes échangent leurs impressions sur ces très belles randonnées dans ce joli secteur, la neige nous a offert de bonnes conditions de progression. 

 

Yves 

  • Les photos de Françoise sont ici

Col de la Chaille

le 21 février

 

Parking des Pars (1400 mt.) ce mercredi, nous sommes sept personnes à s’extraire des véhicules par un petit -5°, sensation de froidure accentuée par un courant d’Est. Celui-ci nous accompagnera toute la randonnée.

Après les réglages sécuritaires ( ARVA ) d’usage, la troupe se scinde en deux groupes. Le notre de

trois personnes partira pour une dénivelée plus raisonnable. Pas besoin «  d’aller à Chaille  » pour trouver son bonheur. Le notre se trouvera à 1990 mt. au Col du même nom sur la carte I.G.N.. Arrivés en ce lieu, nous prenons de la hauteur en direction du nord sur l’arête étroite montant vers Rocheboc. Sur un petit replat à 2060 mt., la vue magnifique porte par dessus la crête frontalière, la Grande Rousse se dessine derrière le Col du Mont.

Par un retour insolite en forêt nous levons un chamois, loin des nombreuses traces de la Combe du Rosset. Chez Milka, un coup salvateur en compagnie des autres retrouvés, clôturera cette belle journée.

 

Claude

  • Les photos de Françoise sont ici

Dou du Sublet

Mercredi 14 février 

 

Randonnée dans notre jardin, le secteur du Mont Jovet.

Deux groupes se formeront dès le départ de Lachenal, sept participants vont monter sur les crêtes du Mont Challier et nous ne serons que deux pour gravir le Dou du Sublet.

Au bas, la neige est encore suffisante pour nos raquettes sur l'adret de ce versant. Joli village des Monts et sa chapelle, montée à Plansoie. Puis nous optons pour une montée en forêt par le sentier disparu sous l'épais manteau, le belvedère de la Grande Roche nous ouvre son panorama sur le versant de Courchevel et nous sortons de la forêt pour continuer notre progression dans un champ de neige vierge. La trace plus haut nous économisera quelques efforts, les bosses se succèdent jusqu'au sommet du Mont Challier, de nouveau nous traçons notre route sur une neige tantôt cartonnée, tantôt poudreuse. Au sommet du Dou du Sublet le soleil nous réchauffe et nous remplissons nos poumons de cet air pur dont nous avons un peu manqué dans la montée. 

En bas sur la crête nos collègues ont tiré la nappe pour le pique nique, rapidement nous les rejoignons pour nous aussi reprendre un peu de force.

Ensemble nous redescendons dans une neige profonde, seul deux bons marcheurs ont choisi une descente plus directe. Dans la forêt le sentier étroit est plus difficile à négocier pour nos mollets fatigués, le douillet manteau  amortira quelques glissades.

Plaisir d'une belle montée vers notre sommet du jour sous le soleil entrecoupé de quelques moments de grisaille.

 

Yves 

  • Les photos de Françoise sont ici

Roche Parstire

Mercredi 07 février 

 

La météo incertaine a dû refroidir quelques participants, fraîche elle le fut mais nous en ressortirons enthousiaste. 

Sept à rejoindre Boudin, là le ciel s'est dégagé, pour combien de temps ?

Rapidement nous quittons ce replat enneigé qui est l'été la route du col, petite trace dans la pente en forêt, puis un joli dévers, mais le rythme est bon pour atteindre le col.

Nous nous dirigeons vers la crête de Roche Parstire, la trace serpente parmi les épicéas et nous conduit au sortir des résineux vers la stèle, avant que la pente ne se redresse, nous obliquons NE, belle vue sur la retenue de Roselend, le ciel bien chargé nous offre un vaste panorama. 

Les belles pentes vierges nous appellent pour une descente dans la poudreuse qui donnerait bien de la joie à des skieurs.

La halte à l'abri d'un chalet nous offre un moment de détente partagé. Les boissons chaudes sont appréciées et les sucreries les accompagnent à ravir. 

Cette première boucle refermée, nous repartons au col vers le S. Grand plaisir de contempler trois chamois à une centaine de mètres broutant sans se soucier de notre présence, en apparence car leurs sens sont aux aguets,  cinq pas dans leur direction suffirait à les mettre en fuite, nous nous gardons de cette fantaisie et reprenons notre marche de bipède en nous espaçant sous les pentes de la Roche Parstire. 

Au chalet des Bluchets nous traçons dans la pente, avant le chalet du Planard, le brouillard nous à rejoint, un petit repérage avec la boussole confirme notre direction. 

Le huit est bouclé, les mèches de nos randonneuses ont blanchi sous l'effet du brouillard et du froid, il faudra provoquer une halte à Beaufort pour remettre un peu d'ordre dans la coiffure et nous substanter.

Plaisir d'une randonnée par météo moyenne mais offrant de beaux paysages.

 

Yves  

  • Les photos de Jean Louis sont ici

Ski nordique dans le parc du Haut Jura 

Vendredi  02, samedi 03, dimanche 04 février et lundi 05 pour les plus courageux 

 

L'accueil fut des plus réussis, un grand ciel bleu, les épicéas chargés de neige.

À La Pesse, notre lieu de rendez-vous, nous y avons pris le déjeuner et départ sur le vaste réseau de pistes par la Combe de Malatrait vers la Borne au Lion, posée en 1613 elle marquait la frontière entre la Franche-Comté alors Bourguignonne et le Bugey appartenant au Royaume de France. 

Le relief vallonné nous dépayse, des prairies enneigées entrecoupées de forêt où domine l’épicéa parsemé de feuillus, les fermes y sont dispersées,  trappues, d'une belle construction en pierre, leur grand toit protégeant leurs occupants des rigueurs des hivers Franc-Contois. Cette douceur du paysage sera notre quotidien tout au long de notre séjour et favorisera notre calme intérieur. 

Notre groupe est constitué d'une majorité de skieurs classiques montrant la voie aux adeptes du skating.

Le soir l'auberge de la Vie Neuve Aux Moulunes nous offrira le gîte et le couvert pour ce séjour. La décoration du lieu de vie commune est de bon goût,  à l'étage simple mais fonctionnel pour le repos, les repas y sont goûteux et abondants, tout cela favorisant une bonne récupération. 

Le lendemain le ciel, bien que couvert nous laisse de belles perspectives, nous nous dirigeons vers Guienette, une longue journée sur les spatules durant laquelle nos guides Catherine et Jean-Luc nous prodigueront de précieux conseils corrigeant notre glisse pataude en une belle chorégraphie. 

Le jeu de Brainstorn animera la pause avant dîner et dégèlera les zygomatiques dans la bonne ambiance.   

C'est la dixième édition des séjours ski nordique en Jura et ce soir nous chanterons  sous l'air de " Jolie bouteille " de Greame Allewrigt, ces péripéties et fêterons avec gâteau au chocolat et bouteille de Créman sorties du sac en regardant le montage photos de ces souvenirs.

Sur ce vaste domaine, le grand espace est apprécié, nous découvrirons pour cette dernière journée le secteur de La Joux, toujours du vallonnement et une très longue descente que nous ne pratiquerons pas en sens opposé, fort heureusement. 

Durant ces journées nous avons déroulé les kilomètres et les muscles s'en souviennent, les chutes nous ont permis de goûter à cette bonne neige et c'est avec impatience que nous attendons le programme de la onzième édition.

Un grand merci à  Catherine et Jean-Luc pour ces moments de partage. 

 

Yves   

 

Cette année, nous avons fêté le dixième séjour ski de fond dans le Jura. Selon la tradition les dix bougies ont été soufflées avec quelques bulles, des photos souvenirs et une chanson de circonstance, merci Marielle. Grâce à la disponibilité et aux compétences de Jean Luc (moniteur de ski de fond et jurassien), à l'organisation sans faille de Catherine (inscriptions et réservations des gîtes), à la convivialité des participants (ce sont des cafistes) et au Jura lui-même (paradis du ski de fond), ce séjour est attendu avec impatience chaque année et c'est un plaisir sans cesse renouvelé. Nous avons pu ainsi découvrir différents secteurs tous plus magnifiques les uns que les autres avec des pistes variées et très bien entretenues, sans oublier les spécialités locales. Parcours en étoile, raid d'un gîte à l'autre sur les traces de la grande traversée du Jura, grandes combes, forêts, pluie, neige, brouillard mais aussi grand soleil, soirées animées autour du jeu « le brainstorm », chaque séjour a eu son charme. Mais le jura est vaste et la onzième édition sera sûrement une nouvelle découverte.

Jean Louis Carroz

  • Les photos de Jean Louis sont ici

Le Mont Rosset

Mercredi 31 janvier

 

La météo sera bonne pour cette randonnée au Mont Rosset.

Contrôle sécurité de coutume au parking du Plan du Pars pour les deux groupes.  

Très rapidement le soleil nous rejoint au chalet de la Gite,  la neige est croûtée mais bien damée, bonne progression jusque dans les pentes sous le chalet du Rosset, le rythme est bon et nous atteignons le sommet, de là la vue est belle, la Pierra Menta à portée de spatules.

Petit casse-croûte dans la descente à l'abri du vent.

La jonction s'effectuera avec l'autre groupe au premier chalet et ensemble nous continuons en forêt sous la conduite de Claude. 

Cette neige de printemps, très abondante nous à offert une agréable randonnée, avec quelques glissades contrôlées, bien sûr.

 

Yves 

  • Les photos de Françoise et Jean Louis sont ici

Dos du Crét Voland

Mercredi 24 janvier 

 

Les conditions de neige se sont améliorées ces dernières vingt-quatre heures, le regel de la nuit nous offre une neige croûtée, la progression n'en sera que plus aisée , le soleil est déjà très présent à Béranger. 

Notre groupe de neuf se dirige vers Les Teppes , la neige est vierge de toute trace et c'est avec un plaisir partagé, sous cette journée radieuse tant attendue, que nous atteignons le sommet du jour. 

Nous pousserons jusqu'à la Croix Jean-Claude pour le repas, la montre indique trente degrés, la protection solaire est réajustée.

Nous avons fort apprécié dans la  montée la vue sur les montagnes environnantes plâtrées de blanc, d'ici c'est un panorama à trois-cent-soixante degrés, le ciel est au Grand bleu, le regard porte très loin, La Meije semble toute proche, le Mont Blanc à portée de main. 

Notre groupe se divise là, le plaisir sera prolongé jusqu'au Col de Jean pour les uns. Nous autre redescendrons aux Dogettes à la rencontre de nos courageux collègues. 

Ensemble nous fêterons les anniversaires et cette resplendissante journée, beaucoup de plaisir en ce moment de convivialité.

Les fortes quantités de neige tombées cette année nous promettent encore de bien belles randonnées raquettes. 

 

Yves

  • Les photos d'Annick sont ici
  • Les photos de Françoise sont ici

Journée sécurité neige Grand Naves

Mercredi 10 janvier 2018

 

Belle entrée en exercice en ce début d'année, l'exercice sécurité neige sur le domaine nordique de Grand Naves nous permettra un bon retour à notre activité hivernale après les agaves de fin d'année.

En attendant la navette qui nous montera au Tovet, nous procédons aux dernières vérifications de nos DVA. Arrivés à la salle au départ des pistes de ski nordique nous formons les groupes de trois participants pour chacun des quatre encadrants et terminons de nous équiper bien au chaud.

A l'extérieur, la température est fraîche, le ciel couvert pour la journée nous fera bénéficier d'une bonne météo.

Le premier temps de nos exercices, dans la montée vers Les Terreaux, sera consacré à la maîtrise des appareils, double contrôle, recherche à vue, recherche d'un DVA enseveli.

L'arrêt repas sera le bienvenu et quelques friandises et gâteaux spécialement préparés pour cette journée accompagné de délicieux Crèment de Bourgogne (avec beaucoup de modération), nous donneront l'entrain nécessaire à la suite des opérations.

Durant le second temps sur une recherche de trois DVA ensevelis, nous poursuivrons le rappel sur les opérations de sondage, pelletage et toute l'organisation des secours.

Au dernier dernier temps de la valse des sondes, deux groupes seront formés, l'un mettra en place une simulation d'avalanche avec trois DVA ensevelis et témoins visuels, puis restera en observation durant la recherche par le second groupe, débriefing, puis inversion des rôles pour ces deux groupes. 

Beaucoup d'échanges sur l'organisation des diverses interventions nous rappellent que c'est par la pratique que nous acquérons les bons gestes pour une intervention efficace et cela dans des conditions beaucoup plus stressantes.

Dans la descente nous apprécions la traversée des bois de bouleaux avec en tête de belles perspectives de randonnée raquettes.

 

Yves

  • Les photos d'Annick sont ici

Journée sécurité 

dimanche le 17 décembre

 

Nous étions 25 participants et 10 encadrants cette année. C'est en ski ou en raquettes que tout le monde a commencé la montée en direction du lieu dit des Corneilles pour y retrouver nos 6 "victimes" enneigées.

Cette année il y a de quoi faire niveau neige, les premiers à faire la trace l'ont bien ressenti. Après un arrêt révision des fonctions d'un DVA. Les premiers BIP de recherche se font entendre et les pelles commencent à se monter. 

Un peu plus haut c'est au tour de la sonde de sortir pour rechercher les 3 sacs enterrés. 

Et pour finir c'est le trio complet qui est de sorti pour un exercice type. 

 Pour les personnes voulant poursuivre la formation vous trouverez ici quelques informations complémentaires sur la réaction à adopter en cas d'avalanche. 

 

Un bon document récapitulatif de la Chamoniarde que nous a envoyé Olivier ici


Nant du Beurre

mercredi 13 décembre

 

Nous serons neuf à partir pour notre point de départ Grand Naves, Jean-Pierre et Bernadette arrivant à raquettes de Navette par les sentiers nous y attendent déjà.

Avant de quitter le parking, le deuxième contrôle DVA de la saison demande encore un peu de concentration.

Le ciel est dégagé, si le soleil ne réchauffe pas encore le fond de vallée, nous ne désespérons pas de le trouver plus haut.

La trace est à réaliser, un petit rappel est donné pour que tous prennent plaisir dans notre progression, sous les arbres encore bien chargés nous apprécions la belle poudreuse.

Le soleil nous accueil au voisinage du chalet de Pré Essui, la vue est grandiose sur les montagnes environnantes, pas de trace à l'horizon, la neige est immaculée, cette quiétude nous apaise et l'effort pour nos traceurs n'en est que plus allégé.

Nous coupons plusieurs lacets pour tracer dans la pente et la neige profonde, que du plaisir, les vestes sont tombées depuis un bon moment et pourtant il fait bien chaud.

Pile midi lorsque nous atteignons le Nant du Beurre, là un groupe de skieur du CAF Alberville nous rejoint, nous échangeons nos bonnes impressions sur les conditions de neige et la beauté de cette journée.

Le repas est pris sur la terrasse, assis sur un mur de neige, les regards ne quittent pas les montagnes sous un beau ciel où le bleu et les gris s'harmonisent pour faire de l'horizon une toile qui aurait inspiré bien des maîtres de la peinture.

Nous faisons une boucle pour descendre vers Beauregard, toujours une poudreuse bien profonde, le plaisir de cette descente dans les pentes se lit sur les visages, peu de chute, planté du talon et équilibre avec le bras opposé à la raquette du pas avant, le tout en souplesse, venez à nos randonnées, nous vous dévoilerons la technique.

Très belle randonnée que nous clôturons chez Fred pour le levé du verre de l'amitié.

 

Yves

 

  • Les photos de Françoise sont ici
  • Les photos d'Annick sont ici

Les crêtes de Doucy

mercredi 6 décembre

 

Ce mercredi, nous étions 14 à chausser nos raquettes pour une première sortie hivernale.

J’avais choisi les crêtes de Doucy pour profiter de la vue magnifique que nous offre cette balade avant que la station n’ouvre. Je ne me lasse pas de ses beaux paysages et souhaitais les faire partager au groupe.

Départ de la station vers Chantemerle avec, sécurité oblige, contrôle des DVA et du matériel de sécurité. Nous chaussons les raquettes rapidement et montons au soleil jusqu’au plateau des  Echappaux où nous retrouvons la crête que nous suivrons en passant par les chalets de la Charmette, puis le versant est de Montolivet pour arriver au sommet de Montagne de Tête (1806m).

Tour d’horizon superbe à 360 degré avec le Mont Blanc et le Beaufortain, la Vanoise, Crève Tête, le  Cheval Noir, le massif de la Lauzière…

Nous profitons de la terrasse du restau’, « la vache orange » plein sud pour nous restaurer (comme d’habitude avec le café et sa ronde des desserts)

Descente dans une neige encore poudreuse pour revenir aux véhicules.

La fin de la balade s’est déroulée  à l’auberge du Raclaz pour arroser notre nouveau diplômé initiateur raquettes et raquettes alpines !

 

Annick

  • Les photos de Françoise sont ici

Les comptes-rendus : les sorties raquettes à neige

saison 2016 - 2017

La Grande Motte

le 6 mai

 

Il fallait partir de bonne heure ce samedi pour profiter des quelques heures de répit qu'annonçait la météo.

C'est donc sous un beau ciel bleu et dans un silence anachronique que fut entamée, raquettes aux pieds, la remontée du vallon des Lanches.

Progression rapide au bord des pistes avant que vers 3000 un vent furieux nous fasse enfiler la capuche. La première benne du téléphérique qui nous survole annonce l'ouverture des pistes alors que brutalement le ciel s'emplit de nuages et que le brouillard nous enveloppe. L'effort se poursuit cependant pour nous porter à la gare supérieure du téléphérique où une neige humide nous accueille. Décision est prise alors de ne pas se risquer sur l'arête finale et de redescendre retrouver une civilisation qui ne nous a pas vraiment quittés.

Jean-Pierre

  • les photos d'Olivier sont ICI

 


Refuge de Péclet Polset

le 03 mai

 

En ce début de mois de mai, les courageux n'ont pas regretté de s'être levés, car après la neige vient le soleil et le soleil sur la poudreuse annonce une magnifique journée.

Départ des Ruelles avec un thermomètre sous zéro, mais déjà les rayons illuminent le sentier quelques minutes plus haut.

Raquettes sur le sac, la première partie du parcours est quasi plate. Quelques marmottes et plus loin chamois et bouquetins font leur apparition, le décor est grandiose sous le ciel d'azur.

Après avoir chaussé, c'est la montée vers le refuge, la belle trace où l'on enfonce peu nous conduit au but, juste à l'heure de se mettre à table, la table du refuge d'hiver bien sûr.

Retour culturel par la chapelle du Roc de la Pêche et un itinéraire original par les gorges sous les chalets de Montaimont et repartir du parking sous les premiers flocons de la journée.

Jean-Pierre

  • les photos de Roger sont ICI

Lac de Roche Blanche

le 12 avril

 

La météo est bonne, nous verrons que la neige se transformera rapidement. Nous chausserons les raquettes vers 1900m.

Laissant le lac du Lou sur notre gauche, nous admirons au passage la construction d'un beau chalet.

Si nous avions choisi une montée trop à droite, nous nous en sommes vite aperçu, la neige était déjà trop molle. Demi tour et descente vers le ruisseau pour prendre la direction du lac de Pierre Blanche, c'est là que nos cinq randonneurs se poserons pour le repas au soleil, le panorama est apprécié, dommage le calme est troublé par un hélicoptère qui semble longuement en recherche, nous n'en saurons pas d'avantage.

La descente fut difficile avec cette mauvaise neige, glissade au programme.

Au lac, un skieur après un bel élan, tente la traversée et s'arrête à quelques mètres de la rive opposée, les pieds dans l'eau sous les applaudissements des nombreux spectateurs.

Petit rando à refaire avec plus de neige ou bien l'été, le site mérite d'être parcouru sous plusieurs variantes possibles, nous espérons que le projet de remontée mécanique tombera lui aussi à l'eau.

Yves

  • les photos de Françoise sont ICI

Col de la Grande Casse

Pointe de la Réchasse, Pointe du Dard

le 7 et - 8 avril

 

A huit heures nous attaquons la montée des pistes de Pralognan, non pas chaussés de ski de rando, mais de raquettes eh, oui, avec Jean-Marie nous pratiquons la raquette à neige sous tous ses angles, une autre philosophie, comme dirait Josette qui nous accompagne. Aujourd'hui randonnée mixte.

La montée jusqu'à l'entrée du vallon du glacier de la Grande Casse n' est qu'une formalité, ensuite la pente se relève légèrement, en visée le col de la Grande Casse.

Ceux qui ont pratiqué la montagne ces jours connaissent le plaisir que procurait les sports de neige, la raquette est bien un des leurs. A la condition de se lever tôt, une poudreuse sur un fond gelé rendait la pratique confortable.

Dans ces conditions de neige et le grand soleil, nous jubilons, certes un peu moins sur les derniers mètres, le mur terminal franchi un vent froid nous accueille, mais que la montagne est belle, rapidement nous redescendons sur notre versant abrité.

Arrivé au refuge nous prolongeons notre présence sous le soleil radieux par la pratique de quelques exercices de sécurisation avec cordelette.

Devant une bière réparatrice, le panorama sous les yeux, nous préparons la trace du lendemain. La sortie sur la crête de la Réchasse par une brèche nous tente bien.

Notre guide n'est pas de ceux a s'attarder sous la couette, avant le lever du soleil nous sommes sur la trace projetée la veille, la neige porte, la montée au pied de la roche est menée rondement, une corde installée là pour la compétition de ski de randonnée qui passera dimanche par cette brèche nous facilite l'escalade.

Sur la crête le panorama est grandiose, la blancheur de la neige immaculée nous enchante, au sommet nous parcourons la trace vers notre prochain objectif, nous chausserons les crampons pour atteindre le glacier de la Roche Ferran.

La traversée un peu long du glacier nous mène à la Pointe du Dard, sous un autre angle nous décryptons les sommets environnants, des projets de randonnées germent dans nos têtes euphoriques.

La descente est facile sur cette neige portante. Petite pause au refuge du col de la Vanoise pour recharger les affaires inutiles dont nous nous sommes délestés pour cette matinée.

Un petit en-cas nous redonne de la vivacité pour le retour à Pralognan.

Dommage de ne pas être plus nombreux à partager d'aussi grandioses journées, les montagnes avaient revêtu leur parure d'un blanc éclatant, rendant le décor majestueux, royal.

Yves

 


Pointe de la fenêtre

le 5 avril

 

Deux groupes au départ du Chatelard avec comme objectif la Pointe de la Fenêtre.

Montée par le sentier qui coupe la piste de montée à plusieurs reprises, nous passons devant les chalets d'alpage de très belles constructions de mur de pierres grises bien appareillées et leurs joints rosés, l'ensemble est d'un bel effet, la bonne proportion de ces petits chalets et leur bon entretien agrémentent notre montée sous ce ciel voilé. L'abord des Champs, Téton dont le nom ne tardera pas à être commenté, Limbeau, Bouillet à 1750m.

Nous chausserons nos raquettes à cette altitude, la neige durcie est facile. Les deux groupes progressent à leur rythme, mais toujours à vue.

Nous dépassons Lachat. 

Une belle harde de chamois fuit notre approche, puis trois autres, toujours très réjouissant ce tableau naturel au travers de la brume qui s'épaissit. Le brouillard nous enveloppe, nous terminerons avec une vue bouchée.

Nos collègues nous rejoignent, ensemble nous repartons par le chemin de la montée. Nous ne descendrons pas comme prévu par le col de la Fenêtre et les Biolleys, il nous sera plus simple de suivre notre trace, même si le vent la recouvre déjà, que de se diriger à la boussole.

Au Lachat le soleil chauffe une terrasse, la table et ses deux bancs complètent la halte pour le repas, nous y sommes si bien que le temps s'écoule. Sucrerie et remontant, nous sommes ragaillardis pour la descente. 

La neige réchauffée par le soleil est agréable, très vite nous rejoignons le parking.

A la terrasse d'un bar de St Martin de Belleville nous palabrons, la serveuse soulagée à l'approche de sa fin de saison nous réjouit de ses histoires.

Que de temps passé au repos sur cette rando! Le plaisir de prolonger notre présence dans le groupe.

Yves


Les Portes de Montmélian

le 29 mars

 

Ce mercredi 29 mars, nous étions 13 pour cette sortie dans ce magnifique massif de La Lauzière, sous un soleil printanier (estival ?) En direction des Portes de Montmélian, via le lac du Branlay.

Départ de Celliers Dessus, raquettes aux pieds puis rapidement, celles-ci se sont retrouvées sur nos sacs pour gravir les premières pentes ensoleillées. Décor superbe, les pentes au-dessus de nous sont purgées, laissant des amoncellements de neiges, quelques escargots…

Dès les premières plaques de neige, nous rechaussons. La neige porte bien suite au regel nocturne et nous avançons tranquillement en zigzagant entre vallons et croupes dans le fond du vallon. Nous sommes seuls, un skieur au loin vers le Rognolet, la montagne est à nous, pas un bruit…

Deux groupes se sont formés, certains s’arrêteront au Lac du Branlay où ils auront le temps de piqueniquer puis de flemmarder au soleil en attendant que les 5 plus courageux (ou simplement plus en forme !) atteignent leur objectif.

Nous nous retrouvons aux portes de Montmélian vers midi, nos estomacs commencent à se manifester et nous trouvons des plaques d’herbes sur une croupe pour nous sustenter.

Pas le temps de faire la sieste, il nous faut redescendre. La neige est superbe, juste un peu ramollie en surface pour nous assurer une descente agréable avec, quand même, quelques glissades sur les fesses dans les pentes les plus raides ! Nous trainons, pas envie de quitter ce magnifique paysage !

Et bien sûr, retour à la civilisation, pot de réhydratation (comme le dit si bien Yves) avec pleins de belles images en tête.

Annick

  • les photos de Françoise sont ICI

Le Plan de La Limace

le 22 mars

 

Ce mercredi nous avions actionné le plan B, la montée vers le Dôme de Vaugelaz dans les conditions de neige actuelles ne nous semblait pas le choix idéal.

Et puis la météo, capricieuse pour certains, incertaine pour d'autres, en avait déjà repoussé quelques uns.

Nous n'avions pas tous la même prévision et même les plus vaillants randonneurs semblaient indécis à l'approche du départ.

Yves, la sortie est-elle maintenue?

Mais bien sûr, la météo est correcte, certes le ciel sera un peu voilé, mais pas de pluie en prévision. Et puis nous allons dans les Bauges au Plan de la Limace à 1722m, là bas nous aurons peu de neige et ce ciel un peu bouché nous offrira les plus belles lumières.

Bon nous partons, veste de pluie au fond du sac et surtout pas de raquette ni la trilogie du matériel de sécurité neige.

Départ de Jarzy, la brume nous y accueille, la température relativement douce déride les plus craintifs.

Et comme le sentier monte toujours, la brume progressivement se dissipe, faisant apparaître quelques rayons de soleil, puis se densifie au gré de ses caprices, elle est même bien dense vers la Croix d'Allant que nous n'apercevons pas.

Le ciel fini par se dégager, les montagnes environnantes apparaissent coiffées de nuages. Magnifiques paysages.

C'est sous le soleil que nous contemplons une belle harde de chamois sur le versant face au plan de la Limace que nous foulons entre deux plaques de neige, long moment de contemplation, tous ragaillardis, nous décidons de prolonger jusqu'au Plan Molard.

Dans la descente, repas au soleil sur les rochers, sucrerie et Génépi...

Ha! Quelle belle journée, vraiment cette première randonnée pédestre et sans la pluie!

Qui trop écoute la météo, reste au bistro.

Yves

  • les photos d'Éliane sont ICI

Rassemblement des adhérents

le 19 mars

 

Anne-Laure nous a fait un "petit" compte - rendu, haut en couleurs, que vous pourrez lire ICI


Le Mont de La Guerre

le 15 mars

 

L'étymologie du nom, Mont de la Guerre, vient du mot patois Gurre "gorge", cette belle dépression au nord du mont.

La gelée nocturne nous offrira une neige dure, mais à quelle altitude chausserons nous les raquettes?

Deux groupes se forment à Tincave, l'un s'arrêtera à La Porcière, l'autre montera au Mont de la Guerre.

C'est dans la forêt vers 1500m au dessus du Pré que nous délesterons nos sacs à dos.

Le choix à 1550m d'une progression en sous bois par un sentier peu fréquenté nous offre une bonne neige.

Nous bifurquons à La Rotte, sud est puis nord, la progression est régulière, quelques arrêts pour admirer le paysage et nous parvenons en vue de notre objectif.

Petite halte pour choisir notre cheminement dans la pente. Les raquettes seront laissées dans la montée et finissons les derniers mètres sur le gazon.

Au sommet,  photos, contemplation à 360°, le soleil nous dore la peau, le bien être envahit notre corps, nous apprécions la chance de vivre ces beaux instants.

Ce petit carré de pelouse fera notre affaire, l'heure est à la reprise de force, nous lézardons.

Dans la descente nous aurons une neige agréable, plus transformée en exposition sud.

Et c'est avec plaisir que nous retrouvons nos collègues, longs échanges, satisfaits de nos traces respectives, nous reformons notre groupe de treize joyeux randonneurs.

Encore de beaux moments passés ensemble, sur une terrasse de Bozel, nous levons un verre à l'amitié, mais aussi pour nous réhydrater.

Yves



 

"La Porcine" 2050 m

 

L'objectif du 2ème groupe, composé de 7 personnes, est atteint en arrivant au panneau "La Porcine" 2050m

Pause casse- croûte, les messieurs sortent la pelle du sac pour dégager table et bancs enfouis dans la neige.

Quel magnifique panorama, on ne se lasse pas de regarder nos belles montagnes ! Il faut bien repartir...

 

A la descente, détour au chalet de la Dhuy pour la photo à coté de l'ours "Balou".

Retrouvailles avec le 1er groupe au dessus du hameau Les Prés

Très agréable journée ensoleillée

Pierrette

  • les photos de Françoise sont ICI
  • celles de Pierrette, ICI

Lac de Guio
Lac de Guio

Combe Bénite

le 12 mars

 

La journée sera ensoleillée, un petit doute sur l'état de la neige que nous rencontrerons au cours de notre progression, décidés, nous partons, à quatre, avec un besoin de belles images à emmagasiner.

Départ:les remontées de Granier, objectif la Combe Bénite, un bon petit dénivelé à nous mettre sous les raquettes.

La piste que nous croisons plusieurs fois n'est pas encombrée de skieur et à cette heure matinale, la neige commence sa transformation. La Chavanne et nous zigzaguons dans la pente pour remonter vers le Thiabord, petite pause, là-haut la Roche à Thomas qui se souvient de nos crampons.

Pra Spa, prolongé d'une longue traversée et nous arrivons en vu du col sous le lac de Guio, choix de trajet, nous optons pour la première combe.

Au dessus nous supposons le lac, endormi sous sa couverture blanche, en contemplant le beau cirque de la Combe Bénite, nous décidons de pousser vers la crête d'où la vue nous permettra une échappée vers les monts environnants.

Nous ne pousserons pas plus haut sur la crête, le soleil nous réchauffe et l'estomac nous sonne l'heure, quelques rochers découverts et nous nous posons, las de cette montée.

Descente vers les chalets Pra Plan que nous laissons à notre droite pour une piste légèrement descendante. Et puis la pente que nous choisissons de prendre tout droit, neige transformée et dans le bas déjà rare, les glissades sont de circonstance.

Pot de l'amitié à l'auberge de Granier, quelques projets futurs émergent et déjà nous nous projetons sur d'autres sommets.

Yves

 


Crève -Tête

le 8 mars

 

Ce mercredi, nous étions 13 à profiter du créneau météo et à chausser nos raquettes pour gravir la crête montant à Crève Tête.

Départ de l’Aigle Blanc à 1300m pour se tracer un chemin dans cette neige bien lourde. Peu de passage avant nous et il a fallu se relayer (même les femmes s’y sont mises en cette journée de la femme !) pour arriver jusqu’à la crête à 2000m d’altitude.(Longecha)

Un beau paysage à 360°, avec la Lauzière déjà prise par le mauvais temps !

Descente jusqu’au refuge de Pierre Larron où nous avons pu nous restaurer et perpétuer la coutume de notre groupe avec quelques petites douceurs !

La suite de la descente s’est faite « dré dans le pentu » en nous chauffant bien les cuisses.

Tout le monde est rentré à bon port, sans encombre.

Encore une bien belle journée !

Annick

  • les photos de Françoise sont ICI

Char de La Turche

le 22 février

 

Malgré un enneigement limité et un horaire de Rdv inhabituellement matinal, mais la météo étant favorable, j’ai calé mon portable à 6 heures. Donc parking de « Darentasia » à 7h30, où en compagnie de Yves et de Nicole IV, nous retrouvons le Scénic blanc de Jean-Marie, lequel sera complet à Albertville avec l’arrivée de Nicole II ; de là, suivi de Annick véhiculant Françoise, Jean-Louis et Martine, nous nous dirigeons vers Aiguebelle, puis vers Montsapey par une route en lacet à travers un beau massif forestier. Arrivé sur place à Tioulévé, je reconnais le lieu d’une de mes premières sorties avec Nicole II en 2014. Une fois équipés et les contrôles ARVA effectués, nous suivons en colonne Jean-Marie qui opte pour une montée hors chemin, en slalomant entre sapins et ruisseaux plus ou moins secs, pour déboucher à la cote 1704. Nous découvrons alors le sommet et le cheminement retenu par la crête Ouest pour y accéder, voie quelque peu aérienne à première vue. Yves prend alors la tête et tant bien que mal, entre bandeaux de neige, rochers et végétations rases nous débouchons sur le « Char ». Annick étant restée aux côtés de Martine éprouvant quelques difficultés, Yves et Jean-Marie redescendent leur donner un coup de main. Une fois rassemblés nous ouvrons les sacs pour nous restaurer, avec devant les yeux un panorama fantastique compte tenu du temps allant du Grand Arc à la Pointe de Combe Bronsin, en passant par le col de Basmont et le mont Bellacha. Avec le soleil, l’absence de vent, les petits chocolats, le café chaud, ce fut un instant d’intense bonheur. Tout ayant une fin, pour le retour nous plongeons derrière le sommet dans une combe plein Est, chacun y imprime sa trace avec plus ou moins d’audace quitte à partir en glissade sur les fesses. En suivant le tracé des multiples ruisseaux descendant du Lac Noir, nous rejoignons une route forestière vers la cote 1377, de là, nous regagnons notre point de départ. Pour clore cette fort belle journée, nous nous arrêtons dans un ancien relais de poste à Aiguebelle pour « siffler » une bière bien méritée, tout en admirant la charpente monumentale du lieu. Le retour pour récupérer les voitures individuelles s’effectua pour certains à Albertville et pour d’autres à Moutiers vers 17 h.

Dominique

  • les photos de Jean-Marie sont ICI

Chalet Prariond - Montagny

le 15 février

 

Ce mercredi nous partions du Villard de Montagny, pour une randonnée vers le Prariond.

Deux groupes se sont formés au parking, l'un montera jusqu'au Plan L'Arpette 1901m, l'autre sur la crête de la montagne du Bettex 2130m.

Le soleil et la douce température avaient poussé nos seize randonneurs au grand air. Portage obligé bien au dessus de Moranche. Le sentier en forêt est agréable, variant avec des portions de piste, la neige peu profonde.

Nous nous arrêterons, pour un repas avant la descente, au chalet du Prariond 2008m.

Le retour fut moins redoutable dans cette neige transformée que ce que nous entrevoyions et après une petite pause à la chapelle des neiges, nous sommes arrivés bien avant nos collègues au Villard.

Nous n'avons pu manger ensemble à la pause repas et pour cause, notre trace était peu visible et les sentiers devenus piste ont compliqué l'orientation, ils ont galéré sur des sentiers mal entretenus, cette journée qui s'annonçait belle a tourné à la catastrophe. Une meilleure préparation de ma part sur cette sortie aurait évité ces problèmes. Acceptez mes excuses, je tiendrai compte à l'avenir du déroulement de cette journée pour que tous puissent profiter de nos belles montagnes.

Yves

  • les photos de Françoise sont ICI

La photo est de Jean-Marie
La photo est de Jean-Marie

Col François

le 12 février

 

Pour ce beau dimanche ensoleillé, Jean-Marie nous avait concocté une randonnée raquettes en Lauzière, Josette et Jean-Louis nous attendaient au pied de la route du col de la Madeleine.

Surprise au parking du Celliers dessus, nous ne serons pas seuls aujourd'hui dans le secteur, à croire que tous les randonneurs à ski s'étaient donné rendez-vous ici.

Plusieurs colonnes étaient déjà dans la pente, nous leur emboîtons la spatule et quittons la route du col pour la combe des Plans, premier objectif le col François.

La trace est bien marquée, les groupes se doublent au gré des pauses. Nous contemplons les belles pentes environnantes, les colonnes dans diverses directions. 

Nous serons les seuls à nous diriger vers le col François; la montée qui se termine sous les bourrasques  en a décoiffé Jean-Marie qui voit son bonnet partir pour la Maurienne. Ça pince, nous redescendons rapidement.

Le paysage est trop beau et les conditions nous incitent à faire le détour par le col des Aiguilles. Au col Jean-Marie nous propose la belle descente dans la Combe de la Valette, nous ne nous ferons pas prier, les talons bien plantés nous descendons en nous espaçant, droit dans la pente. Petite restauration en contemplant tous les groupes dans les pentes. Sucreries et nous repartons.

Dans la descente une pièce casse sur une des raquettes de Josette, c'est donc sans le tamis que la vaillante Josette terminera la randonnée, quatre bons kilomètres sur ce mauvais appui.

Au bas le parcours sur la route fut un peu long. Les pentes sur notre gauche, sont bien purgées.

De belles images dans les yeux, nous dégustons un petit verre avant la descente.

Jean-Marie, nous apprécions tes randonnées dominicales, certes un peu longues, mais elles nous font toujours découvrir de beaux sites.

Merci, dommage de n'être pas plus nombreux à partager ces instants.

Yves


La Faverge - Chalet de Prariond

le 8 février

 

Départ du Pradier pour cinq personnes, petit effectif car le temps n’est pas bien beau. Flocons dispersés, brouillard enveloppant. Cela créé une atmosphère étrange, un peu féérique et apaisante.

Comme à son habitude Yves nous fait la trace et le suivons sagement jusqu’au chalet de Prariond, lieu-dit du "Pré rond"

Pique-nique rapide bien à l’abri et descente dans une neige qui s’alourdit.

Nicole

  • les photos de Jean-Marie sont ICI

Exercices organisation d'un secours

le 5 février

 

 

Compte-rendu et photos sont ICI


Col de la Légette

le 1er février

 

Pour ce mercredi qui s’annonçait avec un temps mitigé nous étions 11 à prendre le départ aux Maisonnettes (avant Arêches), après la vérification du dispositif de sécurité selon les règles de l’art.

Les deux groupes constitués autour de Nicole et Yves se sont lancés sur les pentes qui de chalet en chalet nous mènent aux abords du lac du Cou qu’il faut surtout éviter compte tenu de l’objectif fixé : col de Roche Plane.

Yves avait bien mémorisé la direction après quelques détours lors d’une sortie en décembre à la Légette du Mirantin.

Passage au lac Couvert gui porte bien son nom en cette saison avant d’arriver au pied de l’épaule de Roche Plane avec son grand plateau offrant une belle vue sur les montagnes alentours. D’ailleurs le groupe des 4 de Nicole a posé son dévolu à cet endroit pour profiter du paysage.

Yves toujours droit dans la pente était prêt à emmener le grand groupe directement au sommet de Roche Plane. Mais l’objectif était peut-être un peu ambitieux et il a fallu réfréner son ardeur pour l’obliger à rester à flanc afin de  rejoindre le vallon qui ouvre sur le col. Toujours devant avec nos jeunes amis espagnols, Carolina et Alberto le col est vite atteint.

Vu l’heure et les estomacs qui commençaient à se manifester tant pis pour l’ascension, en technique alpine !, de l’arête qui mène au sommet.

Redescente en pleine pente avec recherche très discutée d’un sentier coupant à travers la forêt pour retrouver le lac Couvert. Mais pas de problème pour Annick qui après lecture de la carte a décidé justement qu’à 1630m (!) il fallait s’arrêter pour reprendre l’horizontale. Pile dans le mille !

Jonction avec le groupe de Nicole sous le lac du Clou et descente dans une neige un peu lourde tant bien que mal, chacun avec sa technique.

Jean-Marie

  • les photos de Jean-Marie sont ICI

Le Quermoz - 2296 m

le 25 janvier


En ce quatrième mercredi après le premier janvier, le temps était idéal pour s'extraire de la purée de pois de la plaine et aller flâner du côté du Quermoz.

Soleil déjà présent au plan des Zeurs pour un départ en deux groupes: le premier lâchant les rênes (à défaut de chevaux) au top départ et le second décidé à musarder jusqu'au Bozon.

Sur une neige excellente, la montée à la Dhuy se fit en un clin d'œil, suivie d'une partie plus raide mais sans problème jusqu'aux Halles et de la remontée à Carolet à l'abri des arcosses.

Au Bozon, juste un coup d'œil aux attelages de chiens faisant une pause et sortie au passage sous une bise mordante. Bien peu cependant pour nous faire renoncer alors que l'objectif s'annonçait. Trajet à l'abri par le bas afin d'éviter les crêtes décapées par le vent et final vers le sommet en saluant la Vierge impassible.

Photo officielle et retour au Bozon où le second groupe avait pris ses quartiers. Heureuse surprise au chalet où Claude en pilote avisé avait allumé le poêle. S'ensuivit un banquet durant lequel fut dignement fêtée la jeunesse de Nicole.

Il fallut quand même s'arracher à la douceur du moment et rentrer par une boucle en forêt où les langues allèrent bon train, signe de bonne compagnie.

Jean-Pierre

  • les photos de Françoise sont ICI
  • les photos de Jean-Louis sont ICI

Sortie pleine lune

le 20 janvier

 

La lune n’était pas au rendez-vous… trop tard le mauvais temps de la semaine dernière nous a privé de cet évènement annuel.

Mais belle rencontre avec Vénus au mieux de sa splendeur au milieu d’un beau ciel étoilé.

Les étoiles nous ont illuminées pour la descente dans la neige fraiche.

Bonne récompense avec une raclette à l’auberge de l’Eau Rousse à Bonneval. Miam …

Nicole

  • les photos de Françoise sont ICI

Exercices sécurité

le 18/01

 

« Dans une avalanche aucun flocon ne se sent responsable. » (Voltaire). Mais un Cafiste, si !!!

C'est ainsi que16 raquettistes se retrouvent ce mercredi matin dans la navette de Nâves en route pour une journée qui sera courte en dénivelé mais riche en enseignements.

Première étape, le chalet de la Porte du Tovet. À l'abri du froid vif, on vérifie - pour certains c'est une découverte, pour d'autres une révision - le fonctionnement des DVA, en recherche ET en émission. Ensuite, petite montée tranquille vers notre deuxième étape, les chalets de la Forclaz, 325m plus haut. Le soleil commence à nous réchauffer....

Là, initiation à l'utilisation du matériel. Ah, les subtilités du dépliage de la sonde, qu'on lance adroitement, euh....si on peut, et qu'on tend très rapidement d'un coup sec sur la ficelle (facile à dire, moins aisé à faire...). Le pelletage, en triangle à 3, pour dégager une plate forme en aval de la victime sans lancer la neige sur le voisin. Le sondage, en escargot ou en rectangle, c'est au choix, mais surtout, PERPENDICULAIRE à la pente !!! Le repérage de la victime et la localisation précise avec la recherche en croix, sans « tortiller »son DVA dans tous les sens... ça « bippe » de partout. Tout le monde s'active....

Il est l'heure de manger, on pique-nique confortablement installés au soleil. Pas le temps de monter comme prévu au refuge, le programme de l'après-midi est chargé.

Sous la houlette de Jean-Marie, Yves et Annick, c'est la mise en situation d'avalanche. Un groupe s' active dans le champ de neige sous l’œil attentif du groupe en observation et sous l'oreille non moins attentive du groupe appelé à venir en renfort pour déblayer les victimes. Puis, c'est, après chaque passage, le bilan collectif permettant à chacun de prendre conscience des points positifs et des failles, collectifs ou individuels. "Y'a encore du boulot" , mais nous sommes sur la bonne voie !!!

Il ne reste plus qu'à redescendre dans la neige légère sur Grand Nâves, ravis de notre journée et bien décidés, puisqu'un Cafiste averti en vaut deux, à entretenir et consolider toutes ces connaissances au fil des sorties à venir.

Et un grand merci à nos formateurs !!!

Catherine.

 


Sous le Mont Rosset

Le 11 janvier 2017

 

Une version à pieds

Après vérification du matériel, au départ des « Pars », 2 groupes sont constitués.

Celui de 8 marcheurs, avec « optimisme dans le sac et un moral d’acier », sans raquettes, foule les premiers centimètres de neige de l’hiver.

Pendant 1H15, entre sapins et prairies, nous serpentons le long du chemin emmenant à Pré Pinet. Le ciel bleu sans nuage, nous dévoile un magnifique panorama. En voulant couper par un cheminement à la déclivité importante, nous perdons du temps, et nous nous retrouvons au lieu dit « Les Maraiches ». La couche de neige flirtant avec les 10 cm, nous éprouvons de la difficulté à tenir dans la pente. A 12H30, nous nous en remettons au bon vouloir de St Barnabé (Chapelle à 1900 m) qui nous abritera du vent, sous un soleil se jouant des gros nuages. Une bouteille de Crémant d’Alsace est sabrée pour les 59 ans de l’accompagnateur ( un clin d’œil aux 80 ans de Christiane encore présente dans le groupe ).

Le retour aux véhicules sera le plus direct possible.

A 15H00 (après 500 m de D+ et 8 kilomètres de marche), bercés par la douce chaleur du poêle à bois de « Chez Mika », nous sirotons une boisson chaude.

C’est promis, Mercredi prochain nous chausserons les raquettes.

Claude

Et une version raquettes

Ce mercredi, deux balades étaient proposées dont une en raquettes en partant du pont de la Gitte (1420m) jusqu’au Col du Mont Rosset (2332m). Nous étions 9 courageux (dont 2 skieurs en raquettes !) à vouloir enfin fouler cette belle neige tombée la veille !

La montée s’est faite « dré dans le pentu » jusqu’à la chapelle Sainte Bernabé dans les prairies recouvertes d’une fine couche blanche. La suite du parcours est devenue plus hivernale en empruntant le vallon du torrent de la Portette. Yves a pris les rênes et nous a fait une belle trace jusqu’au col en alternant des neiges gelées, de la belle poudreuse, des plats, des pentes. Pas question de le doubler ! (On n’en avait pas très envie d’ailleurs). Nous étions les premiers bipèdes à laisser nos traces, sous l’œil d’un chamois qui nous surplombait.

Comme il n’était plus très tôt et qu’une petite bise soufflait, nous n’avons pas trainé au Col et sommes redescendus quelques mètres plus bas pour, tradition oblige, nous restaurer en arrosant une petite dizaine de l’un d’entre nous !

La descente était plus agréable que prévue, avec de la belle poudreuse dans le fond des combes, mais qui nous cachait parfois quelques cailloux.

Encore une belle sortie avec le soleil et toujours un magnifique panorama !

Que nos montagnes sont belles !

Annick

  • les photos d'Éliane sont ICI