Les comptes-rendus : les sorties raquettes à neige

saison 2021 - 2022

Montagny-le-Haut

Mercredi 20 avril

 

7 randonneurs se sont levés tôt pour la sortie de ce mercredi.

Regroupement pour 7h15 à Moutiers, puis direction Montagny-le-Haut.

Départ à 8 heures avec les raquettes attachées sur le sac. A 1470m d'altitude, il ne reste plus beaucoup de

neige en ce milieu du mois d'avril.

Nous remontons le Doron de Montagny, direction le Laisonnay d'en bas. Le parcours est relativement plat

et il fait beau alors ça papote dans le groupe. Quelques bouquetins broutent tranquillement sur le versant

de la montagne.Ils sont un peu loin, ils ne nous ont pas remarqués.

Et puis nous commençons à progresser sur la neige bien dure de cette fin de saison. Dans un premier

temps, nous pouvons avancer avec nos chaussures.

Mais il faut se rendre à l'évidence. Qui dit neige gelée dit aussi neige parfois glissante. Alors il est plus

prudent de chausser les raquettes. Il faudra bien pendant toute cette journée prévoir les passages avec et

sans raquettes.

Quelques marmottes et marmottons viennent égayer notre parcours. Certaines ne semblent pas trop

sauvages et gambadent non loin de nous. La fin de l'hibernation est récente et elles profitent bien du

soleil présent aujourd'hui.

Nous passons ensuite au dessus du refuge de la Glière pour arriver à une petite chapelle qui sera l'arrivée

de la sortie de ce jour, à 2050 m. Quelques minutes pour mettre des noms sur les sommets qui nous

entourent et c'est le moment du casse-croûte. Comme d'habitude, cela se termine par le café, les chocolats

et les petits gâteaux.

Nous repartons raquettes aux pieds par le même chemin qu'à l'aller. Les marmottes sont toujours là.

Laissons les se remettre en forme.

A mi-chemin du retour, nous choisissons d'enlever les raquettes, la progression pouvant se faire en

chaussures.

Il y aura bien dans quelques pentes encore un peu enneigées des petites glissades pour nous rappeler que

la neige de fin de saison est parfois un peu taquine mais nous rejoignons la route du retour en pleine

forme. Les derniers kilomètres se feront d'un pied allègre pour rejoindre le parking de Champagny-le-

haut. Le ciel s'est bien couvert mais la rando est terminée. Nous prendrons au refuge voisin le pot de fin

de sortie.

600 m de dénivelé, mais une quinzaine de km.

Une journée sympa

 

Jacky


Porte de Montmélian 

Mercredi 6 avril

 

  • Les photos sont ici

En direction du col de la Grande Casse

 Mercredi 23 mars 

 

Ce matin, nous sommes huit randonneurs au départ de Pralognan. Nous embarquons successivement sur les 2 télésièges de l’Edelweiss et du Génépi. Pour plus de confort, nous nous installons 2 par 2 afin d’avoir davantage de place avec nos raquettes attachées sur le sac à dos.

Le Foëne et la Lombarde sont au rendez-vous et nous débarquons aux Barmettes en pleines rafales.

Nous prenons le sentier habituel à droite du torrent et nous évoluons tranquillement jusqu’au lac des Vaches.

Puis, nous passons sur la gauche pour aller chercher la moraine de la Grande Casse. La montée se fait progressivement et nous nous retrouvons sur le glacier du même nom. Tout en continuant sur le plateau glacière, avec l’Epena se dressant sur notre gauche, nous trouvons un endroit abrité pour le pique-nique (cet emplacement s’appellerait « pyramide » selon le personnel des remontées).

Nous sommes juste avant la dernière montée au col de la Grande Casse situé 200 mètres plus haut.

Depuis notre belle salle à manger improvisée, nous pouvons admirer au premier plan l’Aiguille de la Vanoise, puis à l’arrière le massif de Péclet Polset… et même au loin l’Etendard et la Meige. Quelle chance : le vent a cessé ! Nous sentons même la chaleur du soleil de fin mars.

Nous redescendons dans la combe juste en dessous de la moraine, traversons le lac des Vaches bien enneigé et poursuivons la descente tout en restant sur la rive droite du torrent.

Le verre de l’amitié au bar des Barmettes suivi de la descente au moyen des deux télésièges vont clôturer cette journée

Merci à Jean-Marie pour cette belle randonnée !

 

Pascale

  • Les photos sont ici

Montagne du Sulens (1830m) par le Col de Plan Bois (1299m)

Mercredi 16 mars

 

Elle était attendue cette sortie dans la Yaute, alors 6 raquettistes sont partis de bon matin pour explorer ce secteur bien sympathique. Sortie printanière, avec un vent de Sud modéré et une neige colorée d’ocre. Le Sirocco est passé par là !

Mais pour autant, la neige était là !

Nous avons rejoint le Col de Plan Bois depuis le village des Clefs (4km avant Thônes en provenance du Col du Marais – Faverges)

A noter pour les amateurs de tranquillité et de gastronomie traditionnelle, qu’une petite auberge « Col de Plan Bois » vous accueillera au retour de vos balades. Vous pourrez même vous approvisionner en Reblochon fermier ! Les propriétaires sont très chaleureux.

 

Itinéraire sans difficulté avec peu de dénivelé : 570m 

Nous remontons la piste qui longe l’Auberge de Plan Bois sur la droite. Cette piste serpente ensuite dans les alpages jusqu’au chalet supérieur de Sulens (1630m).

Nous passons près de l’Alpage Ecole de Grande Montagne (ancien alpage du Massif des Aravis rénové pour accueillir en formation des agriculteurs et bergers – fromagers) 

 Puis nous remontons une combe pour aboutir au col sud de Sulens (1750m). De là le sommet s’atteint facilement par une crête (à gauche). Le point culminant est doté d’une table d’orientation (1839m) avec un beau belvédère sur le massif des Aravis (surtout l’Etale et le Mont Charvin) et sur la Tournette. Le Mont Blanc ainsi qu’une petite partie du massif est également visible.

Du sommet, en continuant vers le nord, on peut atteindre la Croix de Sulens (1828m) en 10mn.

La descente peut se faire en A/R mais nous avons pris l’option « dré dans l’pentu » sous le Sommet. Alors bien sûr, nous avons dû ôter nos raquettes lors de passage peu enneigé afin de rejoindre une clairière et repiquer sur le sentier d’été. Un avant-goût du Printemps.

 

Sylvie

  • Les photos sont ici

 


Lac de Tuéda, Refuge du saut vers le col de Chanrouge 

Mercredi 9 mars

 

Un groupe de 6 dont Jean-Marie et moi ès-qualités co-encadrante a décidé de sortir des sentiers battus, direction le col de Chanrouge à partir du refuge du Saut, en passant par le lac de Tuéda. Belle journée en perspective, ciel bleu profond, matin frais, très frais. Un périple un peu long - 18 km aller-retour sans détours - des faux plats et des raidillons pour casser le rythme mais pas que, du dénivelé mais pas trop - environ 900 m D+, et une ambiance de baroudeurs lâchés dans la nature dans la joie et la bonne humeur, endorphines et Cie. Quelques skieurs en direction du col Rouge et dans les goulets de Chanrossa mais solitude et quiétude assurées, au point de nous poser à plat, au milieu de la piste, pour la pause casse-croûte. L'éventuel passant passera sans broncher. Sous nos yeux, la pointe de Chanrossa, l'aiguille des Corneillets, le Col rouge, le Mont Coua. Les cols du Rateau et du Fruit seront pour une prochaine fois. Une dernière anecdote : l'un des compagnons, las du poids de son sac, s'est délesté à notre insu d'une bonne partie de ses vêtements sur le chemin du retour. La bonne surprise est qu'il a récupéré le tout peu après notre arrivée sur le parking du Chatelet, grâce à la vigilance de deux inconnus. Chance.

 

Françoise

  • Les photos sont ici

Dos de Crêt Voland

Mercredi 23 février

 

Ce mercredi, nous sommes 9 à pouvoir profiter du beau temps et de la belle neige dans la vallée des

Bellevilles.

Départ du village de Béranger (1576m) par un sentier bien raide histoire de nous mettre en jambes !

La montée est progressive et bien tracée jusqu’à la ruine des Eculées. Là, nous faisons appel à nos

traceurs pour progresser dans la neige fraiche jusqu ‘au sommet du Dos de Crêt Voland (2093m). Le

panorama est superbe, on ne s’en lasse pas !

Nous poursuivons notre balade en suivant la large crête vers le Nord. Passage à la Croix Jean-Claude

et sa belle croix posée en équilibre sur le rebord de la falaise, croix savoyarde typique, puis petite

descente au Pas de l’Arpettaz. Nous continuons par le Plan de Leschaux jusqu’à notre destination

sous le Dou des Grandes Combes.

Il est midi et nous nous installons sur un belvédère pour partager nos agapes !Le soleil brille, la vue

est magnifique…

Pour le descente, j’opte pour un itinéraire non encore reconnu le plus « dré dans l’pentu » possible.

Nous passons par « Bonne Nuit », nous évitons « Cacabeurre » et rejoignons le sentier qui passe par

le hameau des « Fleurettes. Je vous passe les détails: belle neige poudreuse, quelques pentes

inattendues qui nous permettent de tester notre équilibre en glissades (debout ou en toboggan

selon !)

La fin du périple sera plus classique, sur sentier tracé.

Encore une belle randonnée dans la bonne humeur !

 

Annick

  • Les photos sont ici

Séjour Vercors

 

Le VERCORS est une belle région à visiter. Alors nous sommes neuf à partir pour quatre jours de randonnées raquettes autour de Corençon. 

 

Jour 1

Départ en minibus pour sept d'entre nous vers sept heures trente. Il faut caser toutes nos affaires (raquettes, bâtons, sacs à dos et autres sacs) à l'arrière du véhicule mais en rangeant bien, tout arrive à rentrer. Deux autres (Daniel et Eric) nous attendent à Villars-de-Lans

Après un trajet sans soucis, c'est le regroupement général, et le départ est fixé au pied des téléskis.

Nous sommes à 1 300 m et la neige est bien présente. Le séjour s'annonce sympa.

Chacun s'est habillé chaudement. Cette première journée n'est pas bénie des dieux du point de vue météo mais tout le monde attaque cette rando avec le moral.

Les premiers pas sont tranquilles, il faut tenir 4 jours. Nous empruntons le GR91 dans une montée qui n'est pas très rude et cela me convient pour une mise en jambe. 

Nous quittons le GR pour tracer notre route en serpentant dans la montagne.

L'arrivée au Moucherotte se fait dans les flocons et le vent si bien que ne pourrons pas bénéficier d'une belle vue sur la vallée de l'Isère. Ce sera pour une autre fois.

Un petit refuge en contrebas nous tend les bras pour notre pause déjeuner. Celle-ci est la bienvenue et nous restons à l'abri des intempéries.

Le retour se fait par le même chemin, accompagnés d'une bise de plus en plus insistante. Avec les gouttes d'eau et la buée sur les lunettes, je vois à peine la trace sur laquelle nous progressons. Mais haut les cœurs, une bonne douche bien chaude nous attend.

Le groupe forme une chenille multicolore jaune, verte, rouge, bleue, noir, orange  avec les vestes de pluie et les housses  imperméables sur les sacs a dos . Nous aurons eu un peu de couleur dans la grisaille ambiante.

Et c'est le retour au parking de Villars-de-Lans. Nous embarquons dans nos véhicules et départ pour Zecamp, notre hébergement à Corrençon. L'hôtel que nous découvrons est confortable et bien aménagé. Nous y serons bien.

Environ 650 m et 13 km

Demain est un autre jour et il fera beau.

 

Jour 2

Il fait beau. La météo d'hier nous prévoit pour ce jour du vent et une température ressentie vers -15°.

Aujourd'hui, c'est direction le pas Ernadant. Nous verrons bien le temps qu'il fait la-haut.

Les chaussures, les gants, les vêtements, tout est bien sec et chaud. Les conditions d'hébergement sont vraiment top et nous pouvons attaquer cette deuxième journée.

La joyeuse troupe progresse gentiment sur le GR 91. Tiens, encore lui ! Eh oui parce que le séjour prévoit des randos en étoile autour de Corrençon et là, nous partons plein sud. En chemin, nous passons devant le stade de biathlon. Cette région est incontestablement dédiée au ski de fond.

Quelques centaines de mètres plus loin, au lieu-dit Clariant, se dresse  un bonhomme de neige....en bois.  Pourquoi pas.  Plus original, il y a les arbres à clous. Il s'agit de troncs d'arbres  sur lesquels chacun peut planter un clou et faire un vœux qui se réalisera. Bon, il suffit d'y croire. 

Mais il y avait quand même des centaines de clous plantés là.

Nous reprenons la piste jusqu'à franchir le 45e parallèle, à égale distance (5 000 km) entre l'équateur et le pôle nord. Un borne placée au bord  du chemin nous fait ce petit rappel géographique.

La pente s'accentue un peu alors les pas diminuent et le souffle s'accélère. Il faut grimper encore quelques centaines de mètres de dénivelé pour attendre la crête. La météo est finalement plus clémente que prévu et nous atteignons notre objectif dans de bonnes conditions. Pas trop froid et pas trop de vent. Cette foi nous avons une belle vue sur la vallée. Il ne faut pas trop s'approcher du bord de la falaise qui semble bien abrupte. Un petit arbre exposé aux quatre vents se trouve planté là. La neige, le vent et le givre l'on décoré de jolie façon. 

Demi-tour pour redescendre un peu et rejoindre l'endroit propice à l'indispensable pause casse-croûte. 

Les encadrants nous trouvent un chemin différent de l'aller pour le retour. Le début de la  descente se fait dans une bonne poudreuse. La fin est un peu longue sur une piste damée  et peu pentue.  C'est un peu fastidieux, mais il faut bien rentrer.

Environ 750 m et 15 km

 

Jour 3

le temps est maussade . Il tombe quelques gouttes mais il fait relativement doux, la température est voisine de zéro et on peut mettre une couche de moins par rapport aux jours précédents.

L'imagination de nos encadrants est en ébullition car il faut trouver aujourd'hui un nouveau circuit où nos raquettes ne vont pas côtoyer de trop près les pistes de ski de fond. Or dans le Vercors, ce ne sont pas les pistes de fond qui manquent. Mais ils sont forts, alors un parcours est établi et nous partons.

Petit départ commun avec hier. Le temps de dire bonjour au bonhomme en bois, de saluer au loin l'arbre à clous et nous tournons plein ouest (hier, c'était plein sud).

Direction le pas de l’Âne. Il y a quelques passages un peu pentus à travers la forêt mais nous progressons bien. Nos efforts nous conduisent au petit mont de la Sambue à 1 575 m. Nous sommes toujours groupés, tout va bien.

La descente commence en zigzaguant entre les arbres. Ce passage un peu ludique nous conduit jusqu'au Pas de la Sambue puis à la plaine d'Herbouilly. C'est ici, en bordure de forêt, que nous ferons notre pause repas. Quelques carrés de chocolat au génépi, un café et nous repartons. Nous traversons la plaine ensoleillée et nous remontons vers le plateau de Château Julien. Un bon 200 m de dénivelé pour ce début d'après-midi. Puis c'est la descente en douceur jusqu'à Corrençon. 

Notons que si l'endroit où nous sommes attire les amateurs de ski de fond et de raquette, il est aussi très apprécié par les spéléologues qui peuvent s'adonner à leur passion dans des gouffres très profonds qui nous environnent.

Bon moi, je me contente des raquettes. J'appréhendais un peu cet enchaînement de sorties mais finalement j'ai retrouvé de bonnes jambes et j'en suis bien content.

Comme l'hébergement est bien aménagé, Françoise en profitera pour organiser  des séances de yoga. Une partie du groupe est même allé se tremper quelques minutes dans de l'eau froide. Il y en avait pour tous les goûts.

Près de 700 m et 16 km

 

jour 4

Ce sera une petite sortie pour le dernier jour. Nous quittons Corrençon.

départ avec le minibus jusqu'à stade de ski de fond à Autrans.

Le parking est déjà plein et pourtant nous ne sommes que jeudi.

Qu'est-ce que ce sera le week-end avec en plus les vacances scolaires.

Nous prenons la navettes jusqu'à GEVE et c'est parti pour cette dernière ballade.

Il fera beau. Pendant le parcours, nous pourrons enlever veste et doudoune.

Après un kilomètre de marche, la piste se redresse sérieusement et chacun prend son rythme. 

Des petits pas, on pousse sur les jambes et on grimpe. Mais c'était vraiment une belle montée et nous avons fait en peu de temps la moitié du dénivelé prévu pour la journée.

Au lieu dit la Cheminée, nous arrivons en bordure d'une falaise d'où nous pouvons voir la vallée de l'Isère, avec au loin la Drome, l'Ardèche, les monts du Lyonnais.

nous pouvons distinguer les alignements de noyers en bordure de l'Isère. C'est la région de ce fruit à coque. 

Nous prolongeons notre circuit jusqu'au pas de la Clé. Encore une jolie montée et, en sortant de la forêt,  nous découvrons un petit plateau baigné de soleil. Il y fait chaud et de nombreux randonneurs sont assis là. Visiblement, cet endroit est connu.

Nous redescendons et, après une petite pause pour nous nourrir un peu, nous rejoignons GEVE.

Un petit arrêt au refuge de GEVE pour le pot marquant la fin de notre séjour, puis nous prenons la navette qui nous ramène à Autrans.

430 m et 11 km

 

Conclusion

 

Ce fût un chouette séjour.

Quelques jours avant de partir, la météo pour les quatre jours était plutôt inquiétante. Finalement, à part    lundi, nous nous en sommes bien sortis sur les trois autres jours.

l'hébergement est confortable, bien équipé et bien pensé . On a pu trouver vêtements et chaussures bien chauds et secs le matin et c'est agréable.

le buffet du petit déjeuner est copieux et les succulents repas du soir changent des traditionnelles pâtes qu'on trouve souvent en refuge.

remerciements à Daniel pour avoir organisé de main de maître ce séjour.

également au encadrants Annick et Jean-Marie qui, en pro du GPS et des cartes IGN ont su trouver et bien gérer les circuits de chaque journée.

remerciement à Annick qui aura pris en charge au dernier moment la gestion du véhicule et fait le chauffeur.

 

Jacky

  • Les photos sont ici

Combettes d'en haut

Mercredi 9 février

 

  • Les photos sont ici

Mercredi 26 janvier

 

  • Les photos sont ici

Dôme de Vaugelaz

Mercredi 19 janvier 

 

Nous étions 13, il faisait froid,  

Nous partions au Dôme de Vaugelas…  Ça commence mal me direz-vous ?  

 Mais ce fut un beau rendez-vous :  

Aux « Chapelles », bonne surprise,  

Le soleil est déjà de mise.  

Nous chaussons vite nos DVA, 

testons les piles de nos raquettes, 

Et la troupe de se déployer  

En zigzaguant derrière Sylvie  

Dont la trace bien étudiée 

Nous élève et nous ravit.  

Et quelques heures après ….  

Le souffle se fait court, 

Le Dôme se profile,  

C’est le compte à rebours  

Le souffle est sur un fil. 

Jean Louis sort au sommet 

Deux sacs en bandoulière, 

Pour alléger Annick qui allège Jacky. 

Pour eux un grand merci,  

L’entre-aide a ses manières ! 

Une photo de groupe :  

Lovés autour du cairn,  

Un + 912 mètres,  

On n’est pas des « kian même » !  

La descente fut douce, 

Jamais on ne se lasse  

De chacun faire sa trace, 

Visant tantôt une combe  

Tantôt les pierres rousses 

De chalets éclairés. 

C’est très beau. Je succombe !  

Et vous ? Enthousiastés? (ben quoi, ça rime ;) )

 

Sophie 

 

  • Les photos sont ici

Chapelle Saint Guérin

Mercredi 22 décembre

 

  • Les photos sont ici

Montagne de la Faverge

Mercredi 15 décembre

 

Il fait grand beau ce mercredi et un groupe de 13 personnes participe à cette première sortie raquette  de la saison hivernale. Aujourd'hui, ce sera départ à Pradier (1 291 m) pour une montée vers la Montagne de la Faverge.

Il ne faut pas perdre les bonnes habitudes et la rando commence par le contrôle du bon fonctionnement des DVA. Tout va bien et le groupe attaque le chemin qui traverse la forêt. La trace est faite et la montée s'effectue tranquillement. Il faut se réhabituer à utiliser des muscles qui ne sont par forcément les mêmes que pour les randos pédestres ou les balades à vélo. 

En sortant de la forêt un peu au dessus de 1 700 m nous nous dirigeons vers les chalets de la Faverge. Mais pour atteindre notre objectif, la cote 2 051 m, il  faut traverser des terrains couverts de neige immaculée. Merci aux traceuses et traceurs qui se sont dévoués pour la bonne progression du groupe.

Arrivés au sommet, nous prenons quelques minutes pour regarder le paysage. Il faut bien reconnaître que les montagnes enneigées se découpant sur le fond d'un magnifique ciel bleu représenteront toujours un spectacle grandiose.  Nous continuons notre boucle et nous trouvons un site pour le casse-croûte. L'herbe est apparente par endroits. Quelques rafales de vent ont peut-être balayé la neige ces derniers jours en ce lieu à découvert. Chacun se restaure et profite de la circulation des petits gâteaux et chocolats.

Puis la rando reprend son cours. La progression s'effectue à travers de belles étendues de poudreuse pour rejoindre le sentier qui descend à travers les arbres. La neige est plus dure sur ces traces en forêt, mais bon, neige profonde ou neige gelée, on s'adapte. Et c'est le retour à Pradier.

Merci à Annick pour cette sortie d'environ 800 m de dénivelé cumulé et un parcours d'une dizaine de kilomètres. C'est bien pour une reprise.

 

Jacky

 

  • Les photos de Sophie sont ici
  • Les photos de Françoise sont

Les comptes-rendus : les sorties raquettes à neige

saison 2020 - 2021

Rocher blanc

Mercredi 22 avril

 

  • Les photos de Françoise sont ici

Sur les crêtes de Doucy

Mercredi 14 avril

 

Deux petits groupes se sont retrouvés en raquettes pour parcourir les crêtes de la station de Doucy ce mercredi. Le grand beau était de la partie, la vue toujours aussi belle sur la Lauzière, les glaciers de la Vanoise, le Mont Blanc… On ne s’en lasse pas !

Pause déjeuner sur la terrasse de la Vache Orange sur Montagne de Tête, face au Cheval Noir et au Niélard puis descente par une petite variante dans une pente un peu raide ! Un peu de toboggan pour certains sans danger !

Encore une belle journée !

 

Annick


Logis des Fées

Mercredi 7 avril

 

Ce mercredi, petite sortie en raquettes en Lauzières pour ceux qui habitent dans le rayon de 10 km, accessible aux habitants d’Aigueblanche et Moutiers.

Nous étions donc 5 à affronter cette journée très fraiche, le beau temps étant annoncé pour la fin de matinée. La neige tombée les jours précédents avait nappé le paysage d’un beau blanc, le ciel s’est rapidement dégagé pour nous laisser un paysage féérique !

Départ raquettes au pied de Celliers Dessus, habillés comme en  plein hiver, et montée jusqu’au Logis des Fées en prenant le temps de contempler cette magnifique combe fermée par les Portes de Montmélian, les Frètes et le Rognolet. Pas une âme à l’horizon !

Le but de la balade était le Grand Plan au-dessus du logis, mais la météo a eu raison de nous, la progression devenant difficile du fait d’accumulation de neige dans certaines pentes et surtout d’un blizzard glaçant !

Retour à l’abri du refuge pour un casse-croûte bien mérité.

Au retour, la petite couche de neige avait presque disparu et nous sommes descendus en  « raquettes 4x4 »

 

Annick

  • Les photos de Françoise sont ici

Char de la  Truche

Mercredi 31 mars

 

Pour ceux qui pensent que l’été arrive, c’est une illusion ! Les raquettes sont de sortie pour une belle journée chaude et ensoleillée en ce 31 mars 2021. 

6h45 RDV à Albertville pour notre groupe puis direction Aiguebelle pour se rendre au village de Montsapey. Une belle boucle sur le versant Sud du Grand Arc préparée la veille par Annick et Jean-Marie. Du bonheur...Merci Annick pour tes traces !

Donc départ matinal de Tioulevé (1263m) pour une première montée vers les Sources du Chenalet (1698m). Le chemin serpente entre forêt, clairière et alpage. 

Nous apercevons le sommet du Char de la Turche. Le tracé, avec le passage sur la crête sommitale un peu exposée, n’est pas retenue aujourd’hui. Prudence !

Aussi, nous décidons de monter par le dôme, de belles pentes s’offrent à nous. 

Après une bonne grimpette, le sommet à 2013m nous accueille. Très belle vue sur la Combe de Savoie avec le massif des Bauges et de la Chartreuse en toile de fond. La chaîne de la Lauzière, l’Etendard et Belledonne Nord, le Grand Arc et le Mont Bellachat. Quelques poses photos !

La descente se fera par un couloir juste décaillé en direction du Lac Noir pour faire une boucle par le passage du Pas des Chèvres.  Il porte bien son nom …étroit et pentu !

Pause casse-croûte et retour au parking après 800m D+.

Merci Annick et Jean-Marie pour cette dernière…confinement oblige !

 

Sylvie

 

  • Les photos sont ici

Le Quermoz

Mercredi 24 Mars 2021

 

Les Tovets au dessus de Grand Nâves : 8heures ce mercredi matin, DVA vérifiés , nous sommes prêts pour nous diriger en direction de Bonpertui. La neige froide crisse sous nos raquettes et c’est d’un bon pas que nous cheminons sur le sentier bien tracé destiné aux randonneurs.

Nous admirons le magnifique panorama en passant par la Forclaz, et nous arrivons au col de Vâ. De là, nous poursuivons sur un petit dôme à notre gauche, puis une courte descente nous permet de rejoindre  l’immense plateau à droite. Un peu plus tard, nous attaquons la dernière montée qui nous amène au sommet du Quermoz.

Nous arrivons à 12 heures au lac du Bozon, pause bien méritée pour notre casse croute. Quel confort, nous pouvons sortir quelques chaises du refuge Raymond Derex afin de nous installer agréablement au soleil.

C’est avec joie que nous descendons dans la belle poudreuse, en direction des Terreaux pour arriver aux Tovets.

Toute l’équipe a bien apprécié les rafraîchissements provenant d’une glacière, après cette randonnée.

Une très belle boucle de 950 m de dénivelé organisée par Jean-Marie, notre sympathique encadrant.

 

Pascale

  • Les photos sont ici

Col de la Fenêtre Vallée des Belleville

Mercredi 17 mars

 

La météo étant très incertaine pour ce mercredi et vu les importantes chutes de neige des jours précédents, nous avons opté pour une sortie dans un secteur peu exposé, en versant nord, en espérant pouvoir bénéficier d’une neige encore poudreuse.

Nous nous sommes donc retrouvés à 5 au départ du Châtelard, assez tôt le matin.

Le ciel était couvert, il neigeotait mais le soleil tentait de percer par moment nous faisant découvrir de magnifiques reliefs sur cette belle neige immaculée, redevenue bien blanche.

Nous démarrons dans une trace de raquettes faite la veiller,  mais, ensuite, il a bien fallu tracer ! Nous étions les premiers à monter par cet itinéraire !

Heureusement, nous avions deux gazelles qui se sont relayées en essayant de passer au plus juste pour ne pas trop nous fatiguer, relax derrière ! parmi les bosses et talwegs jusqu’au col de la Fenêtre.

Pas une âme à l’horizon ! Mais que voyons nous la haut, un puis deux ,puis…. 26 skieurs, la classe BE ski du lycée de Moutiers en sortie ! qui dévalent les pentes.

Pique-nique rapide au chalet où nous rejoignent d’autres skieurs qui nous remercient pour la belle trace de montée (ce n’est pas la coutume !)

Et descente « dré dans le pentu » dans les combes et en slalomant entre les arbres.

Encore une belle sortie malgré cette météo, mais de belles images en tête.

 

Annick

  • Les photos sont ici

Le Mont Rosset

Mercredi 10 mars 2021

 

Après un premier départ en covoiturage à 7h de Moutiers, nous étions 7 ce mercredi 10 mars à prendre le chemin à Pars (1410 m d’altitude) guidés par Jean-Marie. 

La poudreuse n’était pas de la partie, la neige commençait à manquer et nous avons pris la route raquettes sur le dos. Bien vite cependant, nous allégeons nos sacs pour cheminer raquettes aux pieds vers le chalet du Mt Rosset (2117 m d’altitude).

Trois d’entre nous, plus lents ce jour là, dépasserons peu ce point et réserverons le banc pour le déjeuner pris tous ensemble sous le soleil et à l’abri du vent… 

C’est donc à 4 que nous effectuerons un aller retour pour atteindre le sommet du Mont Rosset avec une vue magnifique sur la Pierra Menta notamment. 

La descente se fera au choix avec ou sans raquettes. 

Cette sortie sportive et ensoleillée se terminera chez l’autochtone du jour, Daniel, qui nous offrira une boisson sur sa terrasse. Merci à lui ainsi qu’à Jean-Marie pour cette agréable journée.

 

Marie-Dominique

  • Les photos de Françoise sont ici
  • Celles de Sylvie  

Le Biollay - col du Loup

Mercredi 3 mars

 

Avis aux Lève-tôt, Amis Raquetteurs, si tu veux profiter d’une bonne neige de printemps à la descente, le réveil matinal s’impose !

Après un RDV à 7h30 au parking de la Forvie, direction Le Biollay (1331m) pour une sortie D+800m, bons marcheurs.

Allez hop, griffes et crampons affutés….et oui, nous étions avertis par nos encadrants, ça rigole plus ! Nous sommes 10 randonneurs-raquetteurs à se lancer en pente douce et neige dure dans le Vallon de Colomban, à notre gauche, en contre-bas le ruisseau du Péchu. Le ciel est « jour blanc » et voilé, la température douce. Nous avions commandé le soleil…hum le filou, il joue à cache-cache !

Après une montée de 350m, nous prenons à droite dans une pente bien raide entre quelques sapins et arcosses (Bois des Rés) afin de rejoindre le plateau en dessous du Col du Loup que nous apercevons au loin. La neige est dure, il faut s’appliquer pour avoir une accroche irréprochable dans le dévers et la pente entre 30 et 40%. Conseils techniques à gogo, tout le groupe est concentré, prudent et dynamique. 

Après une courte pause, le choix est fait de partir en traversée sous le Col du Loup que nous atteignons après 200m de dénivelé raide. Un beau panorama s’offre à nous à 2093m. La pointe de Combe Brosin 2499m majestueuse, la Grande Muraille et la Pointe Colomban 2442m.

Après une descente par les crêtes qui surplombent Les Lacs du Loup que l’on distingue tout juste sur notre gauche, dans une neige tout juste « décaillée » nous rejoignons le Chalet du Berger à 11h pour une pause joyeuse.

Ah oui, j’ai oublié de vous préciser, c’est l’Anniversaire d’Annick, alors un p’tit coup de rouge et le saucisson, hum c’est bon. Et pour clore le bal, une petite danse au son de la flûte irlandaise de Sophie. C’est dans cette belle ambiance que nous amorçons la descente en direction du Chalet Lachat et Haut Gentil dans une neige molle et douce avant de rejoindre le parking après 5h de ballade. On comprend l’importante de partir tôt. 

C’était chouette, merci Annick et Jean-Marie.

 

Sylvie

 

  • Les photos de Françoise sont ici
  • Les photos sont ici

Roche Parstire par Boudin

Mercredi 24 février

 

  • Les photos sont ici
  • Les photos de Françoise sont ici

 


Mont du Challier

Mercredi 17 février 

 

 

  • Les photos sont ici

Crêve Tête 

Mercredi 3 février 

 

Au rendez-vous de 9 heures, au parking de l’Aigle Blanc entre les Avanchers et Valmorel, nous sommes dix valeureux randonneurs-raquetteurs (mais pas voleurs ! ) qui n’ont même pas eu peur de la pluie annoncée. Objectif : atteindre la « crête de Languecha » qui  mène à « Crève-Tête » . 

Annick et Émilie nous guident en deux groupes sur des traces bien marquées mais alourdies par les pluies de la veille. Nous avalons 850 m de dénivelé dans une alternance de zones forestières et de petites clairières squattées par les vernes . 

La pente est assez douce. Nous profitons des pauses pour visiter le chalet des Bachals puis le refuge communal de Pierre Larron où nous reviendrons pour la pause déjeuner, après avoir atteint un superbe point de vue sur la vallée des Bellevilles et bien au-delà :  360 ° de pointes acérées, de sommets glacés, de pentes blessées par quelques pilones ou autres remontées mécaniques, de pentes écorchées par de récentes coulées de neige, et de pentes gonflées d’une neige épaisse en strates visibles sur les rochers. Sur la crête le foehn est  tiède mais agressif. 

C’est alors un vrai festival de noms de sommets. Ne reconnaissant moi même que le Cervin et la Pierra Menta, je profite de ce partage. C’est l’un des plaisir de la rando en groupe avec des passionnés de montagne. 

Le ciel passe du gris-cendres au bleu glacier luminescent avec quelques trouées turquoises. 

La descente « hors piste » dans les vallons est joyeuse. Mais la neige est lourde et piègeuse. Pascale et Émilie sauve Marie Dominique agressée par un méchant trou qui lui a bloqué la jambe ! On comprend l’importance de ne pas partir seul, même sur un terrain apparemment sans danger. Nous sommes tous prudents. 

Après notre pause repas (et rapide pause musicale pour se réchauffer)  Annick propose un itinéraire de retour différent de la montée, vers les maisons de Plan Parc, avant de rejoindre le parking après 5h30 d'une vivifiante ballade.

Au final il n’a pas plu, et ça nous a plu ! Un grand merci à Annick et Émilie ! 

 

Sophie 

 

  • Les photos de Sophie ici
  • Les photos de Françoise ici

 


Mercredi 20 janvier

Dos de Crêt Volant

 

 

Nous laissons les véhicules au joli petit village de Béranger situé dans la vallée des Belleville, pour commencer notre itinéraire avec 2 groupes de 5 et 6 personnes, et donc 2 accompagnateurs.

Montée assez directe et facile car elle était déjà tracée ! En moins de 2 heures, nous arrivons au Dos de Crêt Voland et continuons sur la crête jusqu’à la Croix Jean-Claude pour admirer le paysage. Une courte descente nous amène au Grand Lac totalement recouvert en cette saison. Nous poursuivons encore par l’ascension de quelques monts et bosses en direction du Rocher du Fer. Puis un endroit panoramique dominant la vallée de Méribel, nous permet de nous installer pour le casse-croûte, en respectant la distanciation.

Le soleil s’étant caché, il ne faut pas tarder à redescendre. Quel délice cette descente dans la profonde, presque un mètre par endroit ! Annick est en tête, certains suivent ses traces, d’autres choisissent de faire la leur dans cette neige immaculée. Jean-Marie fait office de serre-file  Nous passons au hameau des Dogettes, puis nous suivons le sentier qui nous amène au parking. Très belle sortie en raquettes. Merci aux deux accompagnateurs.

 

Pascale

 

 

Les photos sont ici : 

- Sophie

- Françoise

- Pascale


Montagne de la Faverge à Hautecour

Mercredi 23 décembre

 

Oubliant les soucis quotidiens et les durs préparatifs de fêtes à venir, un petit groupe de six courageux randonneurs à osé se lancer sur les hauteurs de Hautecour.

Neige ou pas, à voir ! Mais décision prise de se munir des raquettes, même si elles sont lourdes à porter, puisqu’il était proposé une sortie raquettes.

Départ de Pradier (1295 m pour les statisticiens) à 9h sonnante, direction les chalets de la Faverge mais vite changement de direction (à 1461m !) pour prendre la belle piste qui mène vers le Plan. Ce long parcours sur piste a permis aux uns et aux autres de causer, d’échanger les dernières nouvelles. Mais les ardeurs se sont calmées lorsque la belle piste s’est arrêtée brutalement et qu’il a fallu se frayer un cheminement entre la végétation dans une pente plus soutenue.

Effort bref, récompensé par la vision de quelques chamois qui dévalaient le plateau au pied du chalet du Plan (chalet avec l’écriteau ‘solitaire’). Malgré l’accélération de certains pour les suivre, ces bonnes bêtes, dérangées dans leur quiétude et plus agiles que nous, ont vite disparu dans les bois.

Retour sur une belle piste (à 1616m, toujours pour les statistiques) lente remontée direction les chalets de la Faverge avec enfin chaussage des raquettes qui ont facilités la progression dans une neige un peu plus présente.

Petit remontant pour la suite, car des chalets, il reste presque 300m à faire pour atteindre l’objectif. Mais tout le groupe est bien décidé de l’atteindre encouragé par la vue à 180° et même à 360° qu’offre ce parcours à certains moments, et les conditions météo favorables.

Et la perspective de la croix sommitale, vers 1970m, a redonné des ailes pour ces derniers mètres à parcourir avant midi, heure de la pose syndicale. Le point culminant : le signal même s’il offre bien un champ de vison à 360° n’était pas propice pour se poser (petit vent !). Donc décision de rejoindre le chalet du Crêt Coquet qui offre une table à l’abri.

Même si la table semblait accueillante, il faisait meilleur devant, d’autant que pour le confort de tous, Jacques et Pascale ont sorti 2 bancs pour s’assoir.

Je passe la suite !

Redescente vers le chalet du lac de Prariond, rencontre amicale avec Agnès et Nicole qui profitaient, du soleil et de la belle table sur la terrasse du chalet.

Mais pas le temps de prolonger les discussions, André ayant planifié la mise sous enveloppes du Petit Caf’teur Tarin au local du club pour 16h.

Délestage des raquettes, vers 1600m, à l’entrée du sentier qui traverse la Combe au Roi …. Et arrivée dans les délais à Moutiers, mais André n’a pas pu compter sur toute l’équipe pour mener son opération. J’espère qu’il n’a pas été obligé d’y passer la nuit !

Belle journée contre toute attente et il me semble que les participants ont trouvé leur bonheur dans ces paysages toujours aussi beaux même si cette destination revient souvent.

J’oubliais : relevé du compteur de Jacques : +780m, 13,5km, 5h20 et je passe la moyenne …

 

Jean-Marie

  • Les photos sont ici

Nant du Beurre 

Mercredi 16 décembre

 

Malgré  une programmation de dernière minute, cinq volontaires ont osé s’inscrire pour cette sortie de remise en jambes, sur Naves, destination refuge du Nant du Beurre.

Cinq volontaires, juste le taf requis pour répondre aux exigences sanitaires du moment sans avoir à faire d’arbitrage !

Et encore, heureuse surprise, 3 volontaires s’étaient manifestés pour encadrer un autre groupe,  s’il le fallait. Vive l’esprit club et la solidarité entre les encadrants !

Petit nombre mais quand même harmonisation difficile : rassemblement à Petit-Cœur pour les dernières précisions car les avis étaient partagés sur un départ  de Grand Naves ou du Tovet et un éventuel covoiturage.

Donc mise en route pour parking à la sortie de Grand-Naves.

Françoise a accepté de prendre le groupe en main et de faire l’incontournable ( !)test des DVA.

Pas évident, sans la révision prévue début janvier par le club, quand on n’a pas pratiqué depuis presque un an !

Mais tout le groupe a suivi attentivement les instructions !

Nous voilà lancés pour rejoindre le Tovet par la trace bien marquée mais sur une neige dure. Trace raide pour certains en ce début de saison, mais offrant une vue ouverte sur le paysage environnant.

Laissant le chalet du Tovet, direction Bonpertui, parfois dans une neige bien croutée, l’occasion, pour la meneuse du jour, de rappeler comment bien faire une belle trace pour que les derniers profitent d’un boulevard bien damé.

Le fond de l’air étant un peu frais, le choix s’imposait de quitter la trace menant à la cave, encore dans l’ombre pour prendre les pentes ouest qui mènent à Beauregard. Si la fatigue se faisait peut-être sentir pour certains, mais aussi le creux au ventre (il était presque midi), la vison du chalet de la vieille cave a remotivée la troupe pour y pousser pour une pause. Mais la proximité du refuge a redonné de l’énergie et des ailes aux plus réticents. Et arrivés devant le refuge, nous tombons sur  trois intrus du club qui descendaient du Grand Crêtet.

Occasion de partager sur la terrasse ensoleillée et bien déneigée du refuge,  le casse croute et surtout les gâteaux et chocolats toujours aussi abondants et délicieux dans le strict respect des distances bien sûr !

Il faut bien se remettre en route !  Départ des trois pour le Tovet, le restant du groupe pour la piste rejoignant le sentier du tour du beufortain…

Bonne et belle journée et souhait de remettre cela au plus vite.

 

Jean-Marie

  • Les photos sont ici
  • Et celles de Sophie ici

Les comptes-rendus : les sorties raquettes à neige

saison 2019 - 2020

Le Clapet 

Mercredi 13 mars

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les photos de Françoise sont ici

 

Traversée Dos de Crêt Voland -

Dou des Grandes Combes

Mercredi 5 mars

 

Ce mercredi, la météo annoncée depuis quelques jours n’étant pas engageante, nous avons opté pour une randonnée peu exposée et bien connue dans notre secteur.

C’est donc dans la vallée des Bellevilles que nous sommes partis ce mercredi matin par un beau soleil, il avait bien neigé les jours précédents. Un petit groupe de 11 personnes dont un jeune préparant son diplôme d’AMM.

Départ du village de Béranger pour une montée presque directe au Dos de Crêt Voland, nos traceurs entrent en action, il faut faire la trace dans une belle neige poudreuse ! les épicéas sont encore chargés de poudre blanche ! Le ciel est d’un beau bleu azur !

Au sommet, courte pause pour admirer le paysage, cours de géographie rapide puis nous attaquons la traversée entre les vallées de Méribel et des Bellevilles, depuis le Dos de Crêt Voland en passant par la Croix Jean Claude, le col de Jean, pour atteindre le Dou des Grandes Combes. Nos estomacs commençant à se manifester, c’est en haut de cette bosse que nous nous installons pour partager nos pique niques accompagnés d’un petit arrosage (Heureusement qu’il y avait un jeune dos pour porter la bouteille !)

Paysage de carte postale, 360°, on ne s’en lasse pas !

Mais il faut bien redescendre et c’est avec plaisir que nous attaquons les pentes de Bonne Nuit dans une poudreuse immaculée, pas une trace humaine, la neige vierge rien que pour nous. Arrivés au hameau des Dogettes, nous retrouvons la civilisation (traces de ski hors-pistes, raquettes..) et terminons notre descente par un itinéraire bien tracé.

Un petit verre en terrasse à Saint Martin clôture cette belle journée.

 

  • Les photos de Françoise sont ici

Refuge du Nant du Beurre/ Grand Crêtet.

Mercredi 5 février

 

Après le temps un peu perturbé des jours précédents c’est un temps plutôt clément qui attend les 8 courageux décidés à affronter la neige fraîchement tombée sur les hauteurs de Naves.

Choix de la facilité retenue pour l’itinéraire : une trace d’un skieur partant du parking pour prendre la direction du Tovet !  Comme souvent dans nos sorties, un traceur bien affuté s’est dévoué pour améliorer cette trace et ouvrir un boulevard pour la suite de la troupe. 

Il est quand même à noter que partir, en raquettes, sur une neige fraîche tombée sur une couche dure pouvait réserver quelques surprises.

Mais non, pas trop de verglas, et surtout souvent, une belle couche de neige encore poudreuse !

Direction Grand Plan, Bonpertui en lorgnant les deux belles traces (de ski !) sur un tapis tout blanc qui se dirigeaient vers le Quermoz. Ce n’était pas l’objectif du jour !

Poursuite vers la Cave que notre traceur avait déjà repérée pour nous frayer un beau passage sur cet itinéraire non encore parcouru aujourd’hui. Après la Vieille Cave récupération de la piste damée qui mène au refuge.

Vu  le groupe et le rythme soutenu, j’étais persuadé que tous opteraient pour la variante proposée de pousser jusqu’au Grand Crêtet.

Mais  le havre qu’offrait le refuge était trop tentant ; sans omettre que pour certains c’étaient l’heure de la pause obligatoire.

Donc il n’y a que trois courageux qui ont poussé l’effort jusqu’au sommet dans les traces souvent recouverte par la neige soufflée par un vent assez  violent de deux raquettistes que nous avions en point de mire.

Retour rapide au refuge où le reste du groupe avait chauffé la place et déjà bien entamée les festivités.

Redescente pour faire une boucle, dans la belle couche de fraîche qui devait rester à travers les bois, sur l’itinéraire préféré de notre experte en beaux parcours de descente. Mais un manque d’attention au démarrage du refuge nous a fait quitter cet itinéraire de rêve pour tomber sur la trace directe et souvent damée entre le refuge et le GR du tour du Beaufortin. Certes, il était encore possible, à un point stratégique, moyennant un petit détour, d’y revenir mais à l’unanimité le groupe a préféré le chemin le plus direct pour rejoindre Naves  et se remonter le moral autour d’un verre chez Fred. 

 

Jean-Marie

  • Les photos sont ici

Montagne de la Faverge Hautecour.

Mercredi 22 janvier 

 

Nous sommes un petit groupe de 7 personnes à nous retrouver à Moutiers à 8h, un peu tôt pour aller à Hautecour, selon certains peu habitués à cet horaire. Malgré ce contretemps la bonne humeur était revenue pour le test DVA, maintenant de mise pour chaque sortie, même pour affronter  les beaux et paisibles alpages enneigés de la montagne de la Faverge. 

Neige bien tassée mais non gelée sur le sentier qui mène justement aux chalets de la Faverge. Petit remontant à l’abri du vent qui refroidi un peu l’atmosphère mais non l’ambiance.

Après concertation, petit détour par les pentes devant nous, sous la ligne électrique, hélas ! Mais l’objectif, pylône le plus haut, était visible pour les traceurs ! Pentes qui mènent au-dessus du chalet du Planet. Plongée sur ce chalet qui au vu de l’état de la neige autour, et l’odeur de fauve ressenti par ceux qui ont osé pousser la porte, a été occupé par les chiens de traineaux.

Cela étant, mais aussi poussés par le fond d’air aussi frais, pas envie de s’installer ! Donc poursuite de la trajectoire, direction ‘le Signal’, objectif de la sortie.

Point culminant toujours bien venté qui a découragé les plus courageux à sortir le casse croûte.

Repli donc vers le chalet du Crêt Coquet qui a bien voulu nous accueillir. Même si personne n’avait allumé le poêle, on était quand même mieux que sous le vent toujours à l’œuvre dehors.

Je ne vous étale pas la suite … vous connaissez le rituel quand c’est l’heure ! 

Je ne sais pas, qui du froid qui commençait à nous saisir ou de l’effet du génépi de  X qui nous a poussé pour quitter ce beau havre ?

En tout cas nous voilà partis pour le chalet du Pariond. Les traceurs de service ont bien essayé de chercher la poudreuse sous les sapins mais il a bien fallu passer par la pente en neige plus transformée sous l’effet de la température qui surplombe le chalet. La prudence a été de mise pour rester dans les traces de l’ouvreur. Salutations à l’équipe enseignante de Bellecombe qui arrivait et merci pour la trace de descente qu’elle nous a laissée.

Retour aux voitures, un peu tôt, pour certains. Pour prolonger la sortie il a bien fallu s’arrêter  à Moutiers partager une bonne bière !

 

Jean-Marie

  • Les photos de Jean Louis sont ici

 


Col de la Portetta

Mercredi 15 janvier

 

Ce mercredi, nous proposions 2 sorties de niveau différent pour essayer de satisfaire le maximum de pratiquant. Nous étions 16 à démarrer des Pars par cette belle journée ensoleillée (on commence à avoir l’habitude depuis quelques temps !)

Claude, avec 8 personnes, s’est rendu au Mont de la Chaille.

Avec moi, nous étions 8 à nous diriger vers le Col de la Portette. La première partie de la montée en traversant les hameaux, clairières, forêts nous fit parvenir au chalets des maraiches. Là, un petit passage un peu raide nous permis d’atteindre le petit plateau de la chapelle Saint Bernabé puis de nous diriger dans le long vallon du torrent de la Portette. Une petite bête à 4 pattes nous surveillait du haut de la pente nous surplombant !

Après un grand virage à gauche, nous nous sommes retrouvés sur un grand plateau, à environ 2200 mètres d’altitude, entre creux et bosses pour finalement atteindre le Col de la Portette à 2283m. Mais comme la vue était plus belle au-dessus, encore une petite pente pour partager le pique-nique traditionnel. Vue imprenable jusque loin au sud sur le massif de l’Oisans.

La descente se fait à peu près par le même itinéraire dans une neige très variable, un peu de poudreuse, de neige croûtée, bien trafollée…

Et voilà encore une belle sortie dans la bonne humeur et le plaisir de nous trouver dans un si beau paysage ! Nous avons quand même fait 976 mètres de dénivelé !

 

Annick

  • Les photos de Françoise sont ici

Au dessus de Chaille

 

Le second groupe composé de huit randonneurs s’élance vers le Col de Chaille, en arrondissant le plus possible le tracé et sans forcer, car le dénivelé à parcourir n’est que de 680 mt. Une longue pause sous un soleil généreux est prise aux Chézeries (1850 mt.), après la pente se redresse fortement jusqu’à Chaille. Au col ( 1980 mt.) laissant les sacs, nous monterons sous la croix de Forclaz ( 2050 mt.) avant de remonter en face au sommet de Chaille ( 2010 mt.). Nous redescendrons dans une neige agréable par le crête recouverte de résineux, tapis blanc foulé par la seule trace d’animaux, face à la Combe du Rosset striée dans tous les sens. Le dos appuyé à un chalet, sous l’action de la ronde des sucreries, une légère torpeur s’installe, le retour aux véhicules et à la vie n’en sera que plus difficile.

 

Claude

  • Les photos de Roger sont ici

 

 

 


Crève Tête

Mercredi 18 décembre

 

Rien au programme raquettes en ce début de saison hivernale. Je propose donc une grande classique dans « mon jardin », la crête de Crève Tête au-dessus des Avanchers. Le soleil est de la partie.

Il y a quelques jours la neige avait bien blanchi les reliefs, mais la limite pluie-neige ayant pris de l’altitude, la pluie a fait son travail sur la neige (fonte, humidification, un peu de regel en surface…) Tout ça pour dire que la neige n’était pas forcément super!

Nous sommes donc 12 à nous élancer sur la pente, et là, aucunes traces (très rare dans ce secteur !), nos traceurs entrent en piste en se relayant régulièrement. Derrière, la progression est facile !

Arrivés sur la crête, le vent soit disant chaud nous accueille. Difficile de trouver un coin pique-nique au soleil, sans vent, avec une belle vue ! Il faut bien faire des compromis ! Comme d’habitude, partage de friandises, bonne humeur, bref : la belle vie !

La descente se déroule sans difficulté, la neige reste assez molle pour que nos raquettes puissent s’enfoncer et nous permettre de nous diriger « dré dans l’pentu »

Et, comme d’habitude, le pot de réconfort au bistrot du coin qui a bien voulu nous ouvrir sa porte.

  • Les photos de Françoise sont ici 

Sous côte 2000

Mercredi 4 décembre 

 

Au départ de Valezan sous un soleil radieux, les 12 raquettistes (??) du jour

foulent la piste goudronnée, les raquettes accrochées au sac. Vers 1500 mt., la couche de neige daigne apparaître, nous chaussons celles-ci et partons à la queue leu leu dans une ambiance hivernale retrouvée. Vers 1650 mt., un vent froid de NE nous frappe le visage, le manteau neigeux est très irrégulier, tracer devient désagréable. Une partie du groupe s’arrête à 1870 mt, et redescendra dare-dare vers le lieu de la pause déjeuner. 5 plus courageux pousseront la trace jusqu’à Cesery (1940 mt.) et nous rejoindront pour la ronde des sucreries. Tout se finira par un lever de coudes “Au Ceudron” pour conclure cette belle sortie.

 

Claude

  • Les photos de Françoise sont ici

Lac de Chanrouge

Mercredi 17 avril

 

Du parking nous rejoignons le Lac de la Tuéda, deux skieurs trace en skating la piste de fond, bifurcation et montée vers le refuge du Plan, ce n’est que plus haut, lorsque le sentier devient plus pentu que nous chaussons les raquettes, sur la neige encore gelée la progression n’en sera que plus facile.

Au fond du Vallon du Fruit les marmottes sont en conciliabule autour de leur terrier, les rayons matinaux réchauffent leurs corps amaigris. Sur les pentes enneigées deux chamois divaguent, occupés à récolter leur menue pitance.

Petit repos au refuge du Saut, peu de trace sur notre montée, déjà deux skieurs descendent les pentes peu tracées.

La pente est raide rendant la respiration plus saccadée, enfin un replat avec le petit lac endormi sous sa couverture blanche.

Pose brunch, contemplation des crêtes et sommets environnants, les pentes se purgent sous le soleil déjà haut. Nous ne tardons pas pour profiter d’une neige portante sur la descente.

Les marmottes sont toujours au repos, certainement un œil surveillant le ciel et l’arrivée éventuelle du danger.

Autour du lac des piétons pataugent dans la neige transformée, à la sortie nous apprécions, cette fois, de retrouver la dureté du bitume.

Arrêt réhydratant à Moûtiers.

 

Yves


La Pointe de la Fenêtre

mercredi 27 mars

 

Et encore une excellente météo, de quoi réjouir les six randonneurs qui chaussent au Chatelard, le regel à durcit le revêtement qui crisse sous notre appendice.

Le soleil rayonne, nous aussi, la progression est bonne sur le petit sentier encaissé, nous débouchons à l'Abord des Champs et son chalet, puis ceux de Téton que nous dépassons, le regard nous montre une belle implantation  dans le paysage de ces constructions du dix neuf ième, protégée par le relief des risques naturels. Bouillet et enfin Lachat, nombreux sont les chalets rénovés, leur construction en moellons équarris et joliment entrecroisés forme des chaînes d'angle stable qui donne cet aspect carré au chalet.

Là nous quittons les dernières constructions pour nous élever vers notre objectif, un joli dévers sur neige gelée est négocié dans la concentration et puis la croupe sommitale et son trois cent soixante degrés. Un petit vent nous fait redescendre de quelques pas, nous y serons confortablement installés pour nous sustenter.

En ce jour de la journée mondiale contre les plastiques, deux contenants de verre sont tirés des sacs, l'occasion de quelques anniversaires et de nous étourdir un peu plus.

En contrebas nous rejoignons le chalet de Chaffat, parfois sur l'arrière train, sur ce versant ensoleillé la neige qui doucement se transforme est agréable. Le cheminement bosselé dessine un bel enchaînement. Les Biolley d'en Haut puis Parchy et le Pralautray, un chalet de poupée à la restauration soignée avec de discrètes ornementations, tout cela est fort joli, plus haut à main gauche un chalet et ces deux étages de grenier à foin nous explique la façon des sentiers encaissés qui permettaient la descente des luges de foin.

Et la boucle est refermée, les dernières prairies enneigées et nous sommes de retour au parking.

Petit arrêt sur une terrasse de Saint Martin.

Belle boucle sécurisée par une bonne météo.

 

Yves

  • Les photos sont ici

Rassemblement du club à Granier

Dimanche 17 mars

 

Quelques chiffres

32 skieurs répartis en 3 groupes :

 

 

 

  • groupe encadré par André et Bruno, 10 personnes, 700 m réalisés, Pra Spa.
  • groupe encadré par Eric et Patrick, 13 personnes, 860 m réalisés, Dôme de Vaugelaz. 
  • groupe encadré par Jean-Pascal et Jean-Luc, 8 personnes, 1500 m réalisés, Crêt du Rey - Combe Bénite.
  •  plus de 10 marcheurs, encadrés par Claude, sur les sentiers de Granier, 400m réalisés

50 personnes au repas pris à l'auberge de Granier.

L’ensemble des participants ont été ravi de leur journée, la meilleur descente pour le groupe qui était sur le dôme de Vaugelaz, nous sommes descendus sur le vallon de Forand dans une neige de printemps juste revenue, moquette garantie jusqu’en bas.

Patrick

 

Les conditions de neige plus haut en altitude, nous ont permis de réaliser sur les sentiers agréables  au dessous de Granier, une petite randonnée pédestre à la portée de tous et sous un beau soleil.

Une bonne mise en appétit.

Yves

 

Après une agréable descente sous Granier et le passage à la grotte de Thaïs, formée dans le gypse, la remontée raide de 400 mt+ mit les papilles en émoi.

Sybarite d’un jour mais randonneur toujours.

Claude

 

Rassemblement du côté Traceurs.

Le réveil était un peu trop matinal ce dimanche : lever à 5h... encore du jamais vu pour moi cette saison.

En tous cas, à cette heure du matin, pour ceux qui se poseraient la question, je peux vous dire qu'il fait encore nuit ! D'ailleurs, en ouvrant les volets, je me demande s'il faut rajouter la frontale.

Aller, maintenant qu'on est réveillé, on y va.

Regroupement des 8 traceurs de ce jour au téléski de Granier.

Il fait beau, le soleil est levé. Nous sommes en route pour le Cret du Rey, à une cadence... soutenue ! après tout, la route du Cormet d'Arêches, c'est plutôt du plat.

Quand le Cret du Rey s'offre à notre vue, nous voyons une plaque gigantesque qui s'est détachée de la face nord.

Nous monterons par la deuxième arête nord est, et sur le fil, pour ne pas risquer de décrocher quelque chose de plus. Et ici : Neige de Cinéma comme d'aucun dirait. 70 cm de peuf !!! sans mentir. Mais cherchez l'erreur ... (ndlr : nous sommes à la montée, et ... à pieds, ou plutôt en crampons).

La descente en sud ouest sera ... spéciale puisque c'est encore tôt, et la neige n'est pas encore revenue.

Aller, on repeaute, et direction Combe Bénite. Arrivée au sommet sous un vent à vous envoler et vous transporter jusqu'en Haute Maurienne, en survolant le Pourri pour atterrir sur l'Albaron.

On choisira la descente en Est Sud Est, et là, au moins nous aurons de belles portions de neige revenue juste comme il faut.

Et puis Yves nous fera connaître quelques uns de ses spots très appréciables et appréciés, Merci à lui !

Et voilà, nous arrivons à l'Auberge de Granier, avec 10 minutes d'avance sur l'horaire. Du rarement vu, lors des rassemblements, avec 1530 m de D+.

Et puis partage des retrouvailles avec les copains des autres groupes, de l'apéro, du repas (au fait qui a vu ma cuisse de poulet et mon gratin dauphinois ? je les cherche encore)

En tous cas, une chouette rando, un super chouette groupe (merci à vous, c'est toujours avec plaisir que je vous retrouve sur les skis), et un chouette rassemblement bien réussi.

 

Jean Pascal 

  • Les photos du groupe traceur sont ici
  • Les photos du premier  groupe sont ici
  • Les photos du groupe raquette sont ici
  •  Trace gps Dôme de Vaugelaz et photos de Jakyv ici


Col du loup 

Mercredi 13 mars 

 

 

Départ du Biollay, la journée devrait être belle.

Nous chaussons rapidement, la météo est trop clémente, sur la neige de nombreuses abeilles se sont retrouvées piégées par les froideurs du soir, si cette météo se prolonge, elle affaiblira les ruches. Jean-Pierre, toi l'apiculteur, tu pourrais nous concocter pour l'été une sortie en alpage à la rencontre des ruchers en estive, l'idée fait son chemin.

Très vite les couches tombent et la pipette est actionnée, crème solaire, couvre chef, nous allons bientôt rejoindre notre autre Jean-Pierre avec ses pantacourt portés à l'année.

Neiges agréables font les progressions rapides, le chalet du Loup est atteint, un petit dépôts de charge et nous nous élevons sur la croupe qui conduit au Col du Loup.

Très peu de traces zèbrent le manteau neigeux et du côté du chalet de la cave, c'est tout bonnement immaculé et trop tentant. Contemplation à trois cent soixante degrés, au dessus les skieurs qui nous ont devancés atteignent le sommet de la Pointe de Combe Bronsin, une belle descente en perspective.

De retour la terrasse du chalet et l'absence des patous nous autorise à notre pose casse-croûte et mignardises accompagnant le café.

Concertation, allons nous saccager de nos empreintes le magnifique vallon du Lac du Loup, les pentes vers le chalet de la Cave devraient nous permettre une descente en sécurité, allez go.

La beauté des pentes immaculées, leur bombé ou concavité ne peuvent que nous extasier et nous transfigurer, tiens concave cela est bien nommé pour le chalet. La poudreuse termine de nous enchanter.

Ravis nous rejoignons, après une courte montée le Chalet de Haut Gentil où nous retrouvons nos traces de montée.

La suite n'est que routine sur nos traces battues, quoique descente agrémentée de quelques glissades contrôlées ou pas.

Et pour terminer, chez notre pâtissier J-P pour une dégustation de beignets avec une lichette de crème pâtissière, le tout accompagné du jus maison de raisin ou de pomme au choix et à profusion.

Dur journée...

Au plaisir

 

Yves

  • Les photos sont ici

Crève Tête

Mercredi 27 février

 

Ce mercredi 27 février, une grande classique dans mon jardin ! La crête de Crève Tète.

Nous sommes 8 au départ au frais à l’Aigle Blanc. La montée se déroule à l’ombre dans la forêt, nous ne sommes pas les seuls à apprécier cet itinéraire, il y a des traces partout !

Notre petit groupe est bien homogène et, après une petite pause au chalet de Pierre Larron, nous attaquons la dernière montée.

Ce chalet de Pierre Larron vient d’être reconstruit à la place de l’ancien, il est superbe, sur son petit plateau au soleil, une belle halte pour reprendre des forces !

L’arrivée sur la crête nous offre un magnifique panorama sur la Vanoise, ses sommets et glaciers, on ne s’en lasse pas !

Pause déjeuner un peu plus haut au pays des gnomes, avec soleil, chaleur, cartes postales en paysage !

Puis, il faut bien redescendre, Jean pierre qui connaît bien le secteur nous fait découvrir des petites pentes de neige encore molle et pas trop traffolées ! Et cours de planté de talon et « dré dans l, pentu » comme on dit ici ! Nous rejoignons ainsi le plateau de Plan Parc et terminons la descente en croisant les traîneaux tirés par les chiens.

Encore une magnifique journée qui se termine au bistrot du coin.

 

 Annick C.

  • Les photos sont ici

 


Le Dou des Cornes

Mercredi 20 février

 

Petite fraîcheur au départ de Notre Dame du Pré (1300 mt.) d’où 7 personnes s’élancent pour le but du jour : Le Dou des Cornes ( 2060 mt.), pointe arrondie écrasée par l’imposante et raide face N.W. du Mont des Archets.

En forêt la trace bien marquée monte régulièrement, et le soleil nous accueille à la Grange à Marc. Une première pause longue est prise. A la sortie du couvert forestier, nous prenons plein Nord la direction du Dou de la Grange à Marc, afin dépingler les 2 Dou à nos raquettes, et d’allonger la distance, ayant du temps devant nous. A l’arrivée, un superbe panorama sur le Mont Blanc et le

Grand Combin de Valsorey nous attend. Encore une heure d’effort sur la neige transformée par l’action du soleil, et le sommet des Cornes est rejoint.

1 heure de bain de soleil et de sucreries ( manquaient les gâteaux au chocolat) après, le signal de

retour est sifflé, par la raide pente nord en forêt. L’Hiver reprend ses droits. Poudreuse à gogo, chutes dans la profonde, traces personnelles : le plaisir de la raquette est au rendez-vous. Cette joie sous les épicéas, nous portera jusqu’au rocher d’escalade du Glaisy, où la piste damée est retrouvée. Bien sur, un coup de binouzes est pris au sympathique « Cani » du coin : l’Auberge de la fruitière, pour clore cette journée. 

 

Claude

  • Les photos sont ici

Le Mont Jovet

Dimanche 17 février

 

Sylvie et Laéticia sont demandeuses de nos belles randonnées du dimanche, qu'en a Jean-Marie, il a déjà repris le bon rythme.

De Notre Dame du Pré, le parcours en forêt est en cette période de l'année encore rafraîchissant. Les pistes sont damées et à cette heure libres, nous empreindrons le bord pour une progression plus aisée. En sous bois le sentier est lui aussi bien damé par les skieurs de randonnée.

Le soleil nous accueille aux prés de la Grange à Marc, une pose et une couche tombe. L'air sec nous vivifie.

Aux Halles du Fruit Commun, le soleil éclaire tout juste la croix, puis montée à l'ombre pour atteindre le point à 2150m.

Le Mont des Archets est en pleine lumière, la bonne trace qui y gravit nous tente, plutôt que l'ombre jusqu'au Col du Jovet, concertation et direction le Mont des Archets.

Dans la montée une raquette de Sylvie lâche, une sangle bien serrée et c'est reparti. 

Du mont des Archets nous optons pour la trace en devers, elle est gelée et demande concentration, enfin la large crête coiffée d'une belle corniche. Le Mont Jovet nous tend les bras.

Seul le panneau du sommet dépasse de quelques centimètre, plus de table d'orientation, qu'importe pour la lecture de l'époustouflant 360°. 

Contemplation, presque 1300m de dénivelé dans les raquettes et plaisir des yeux bien méritée, le paysage s'inscrit dans notre mémoire avec quelques repaires identifiés.

Allez, casse-croûte et ronde des sucreries sous le grand soleil.

Droit dans le pentu, la neige croûtée du haut laisse vite place à une bonne poudreuse, mais prudence, l'uniformité de la sous couche déséquilibre parfois. Le Col du Jovet est vite atteint et direction du chalet à La Raynaud que nous laissons en contre bas. Nous marchons dans du coton.

Retour aux Halles, en aillant réajusté mainte fois la raquette défectueuse. 

Quelques virages coupés en forêt dans la poudreuse, sur l'ensemble du parcours la neige était un régale.

Le bar du village nous accueille pour une réhydratassions régénératrice.

Belle météo, bonne rando... 

 

Yves

  • Les photos sont ici

Le Grand Crêtet

Mercredi 13 février

 

Ce matin aux premières heures, deux randonneuses se sont désistées, heureusement Sylvie se joint à notre groupe pour sa première sortie avec notre club. Et c'est avec un grand plaisir pour tous que nous accueillons Jean-Marie qui reprend contact avec les pentes enneigées.

 

A Grand Naves, nous sommes sept sur le sentier encore dans l'ombre qui nous conduit au Pré Essui, le soleil nous réchauffe enfin et illumine les pentes chargées du Roc Marchand.

 

Dans la montée nous quittons la trace trop confortable pour une neige déjà bien tracée et agréable. Le chat du refuge du Nant du Beurre se délasse au soleil, Jacques lui tiendra compagnie alors que le reste du groupe gravira les derniers deux cent mètres du Grand Crêtet.

 

Cette dernière trace vers le sommet est très confortable, la progression en est rapide, le soleil éclaire notre trois-cent-soixante degrés, la récompense d'un effort durant lequel nous avons laissé quelques goûtes de transpiration, on se croirait au printemps.

 

La descente, dré dans le pentu, est vite avalée et laissera place au casse-croûte tant attendu sur la terrasse du refuge.

 

Repus des sucreries du jour, nous reprenons notre sentier pour Grand Naves, au passage nous contemplons les cônes noirs laissés par l'érosion et qui contraste avec la blancheur immaculée.

 

La route forestière déneigée nous conduit à Navette chez Jean-Pierre pour le verre de l'amitié.

 

Yves

  • Les photos sont ici

Autour de Granier  

Mercredi 6 février

 

En ce mercredi ensoleillé, mais -5° au compteur, le groupe de 8 randonneurs s’élance du téléski  de Granier vers Pré-Pinet via Le Plan des Archets. Après 1/2 heure de cheminement damé, la neige fraîche d’une épaisseur de 40 cm est foulée en direction du Pont des Lanches. Sous les couloirs avalancheux de La Chaille, les distances de sécurité sont prises. Nous cheminons en forêt, de temps à autre un résineux sous l’action du soleil, lâche sa cargaison de poudreuse et nous arrose.

A 12h00, un chalet de Pré-Pinet (1670 mt.) nous accueille pour le déjeuner. Le retour long et la neige revenant vite sous ce timide soleil de février, nous incitent à rechausser les raquettes rapidement. Après quelques zigzags sur des sentiers noyés sous la neige et plusieurs sabots de neige humide collés aux raquettes, le Pont du Notaire est franchi. Changement d’ambiance dans ce versant Est et à l’ombre : la neige abondante écrase les branches des épicéas.

Une bonne halte prise à la chapelle de Bonvillard, et nous attaquons, dans une pente vierge, les 110 mt. de dénivelé nous séparant des véhicules. Et oui il faut remonter ! Un coup de chaud et quelques grosses gouttes de sueur…  La boucle du jour est finalisée par 10,5 Km en A.R. et 610 mt+ cumulés. Un lever de coudes général au Ceudron viendra clore cette belle journée.

 

Claude

  • Les photos sont ici

Mont Rosset

Samedi 26 janvier

 

La météo de dimanche se dégradant, la randonnée est avancée au samedi ensoleillé.

Nous sommes deux au départ du Pars, la piste est damée dès le parking, le soleil ne nous réchauffe pas encore, mais la montée oui.

C'est sur un bon rythme que nous gravissons la pente et les chalets de Chambrier dépassés je ne prends pas la croupe plus à gauche, ce n'est pas un très bon choix, le dévers est plus difficile pour nos raquettes, Laëtitia me suit, alors continuons. Une petite bosse puis une seconde et enfin nous apercevons le sommet où un petit groupe prend le soleil.

Belle montée et halte bien méritée.

Le peu de vent ne nous repousse pas, nous prendrons le casse-croûte ici en attendant que la Pierra Menta se découvre.

La descente est agréable, à condition de descendre dans la neige vierge, ce que nous faisons sans refus et qui ménage nos mollets et chevilles.

La descente rondement menée nous laisse du temps pour un petit verre chez Milka.

Belle rando ce samedi, dommage d'être si peu nombreux à la partager.

 

Yves

  • Les photos de Laëtitia sont ici

 

D'heures en heures

Le Dos de Crêt Voland

 Mercredi 16 janvier

 

Voiture pleine, cinq randonneurs raquettes pour un départ à Chandon à neuf heures.

Double contrôle DVA et c'est partis pour une montée vers le dos de Crêt Voland à l'ombre par une piste raide mais déjà bien damée.

À Mergolaz le soleil nous accueille et à dix heures aux chalets de La Traie nous prenons le temps de sortir la carte pour y lire notre cheminement. Je dis "chalets" , déjà le chalet du Christ en imposait, mais l'ancien refuge de La Traie et d'autres construction traditionnelles ont disparus, laissant place à deux gros bâtiments en construction, deux plus petits et à la place de la Chapelle un autre bloc, le tout paré d'un appareillage de pierre mal empilé et donc d'un très mauvais effet. Il ne fallait pas randonnée si près d'une station !!!

Remettons nous dans le paysage et dès la forêt oublions ce vilain tableau.

Le col de la Lune nous offre son joli panorama, le soleil illumine les prés enneigés. Le Col de Leschaux est atteint, petite pause au soleil, ravit, contemplation, déjà l'on me rappel qu'il faut repartir. 

Le reste de la montée éffectué sur la lancée et nous sommes au sommet du Dos de Crêt Voland à douze heures, enfin juste quatorze minutes de retard, le soleil nous réchauffe et assis pour le repas, nous contemplons le panorama à trois cent soixante degrés, la vue porte loin.

Les sucreries trop nombreuses pour notre petit groupe seront partagé avec trois randonneurs à ski. 

Dans la descente, au Plan des Danses, nous prendrons une petite heure pour organiser un exercice de recherche de trois DVA à deux d'entre nous qui n'avaient pu être présents aux exercices précédents. 

Seize heures au parking et nous nous quittons à dix sept heures après le pot de l'amitié. 

Tiens ils marchent au chrono maintenant, non juste pour donner du rythme à votre lecture. 

 

Yves

  • Les photos d'Annick sont ici 

Les comptes-rendus : les sorties raquettes à neige

saison 2017 - 2018

Col du Loup

Mercredi 4 avril

 

Ce mercredi, malgré une météo peu favorable annoncée depuis le WE, nous étions 10 prêts à affronter le mauvais temps. Mais depuis la veille un créneau météo était annoncé avec du soleil dans la matinée.

Départ du village du Biollay à 1330m par la route encore enneigée, nous  permettant de chausser les raquettes immédiatement. La montée s’est faite par un sentier en forêt, un peu raide, semé d’embuches avec quelques arbres en travers du chemin nous obligeant à faire quelques enjambées (dur pour certaines avec nos petites jambes !)

La montée jusqu’au chalet du Col du loup était bien agréable, la vue bien dégagée tout le long de la croupe. Là, le vent nous a rattrapé et c’est avec quelques nuages et une bise bien fraiche que nous avons terminé notre ascension. Le repas fut vite pris, mais sans oublier nos traditionnelles mignardises !

La descente fut moins agréable, dans une neige lourde, avec un ciel de plus en plus chargé et c’est avec quelques gouttes d’eau que nous sommes arrivés aux voitures.

Cette balade s’est terminée à l’auberge de Bonneval, toujours bien accueillis, autour d’une boisson réhydratante.

 

Annick C.

  • Les photos de D'Annick V. sont ici
  • Les photos de Françoise sont ici

Le Mont Rosset

Mercredi 31 janvier

 

La météo sera bonne pour cette randonnée au Mont Rosset.

Contrôle sécurité de coutume au parking du Plan du Pars pour les deux groupes.  

Très rapidement le soleil nous rejoint au chalet de la Gite,  la neige est croûtée mais bien damée, bonne progression jusque dans les pentes sous le chalet du Rosset, le rythme est bon et nous atteignons le sommet, de là la vue est belle, la Pierra Menta à portée de spatules.

Petit casse-croûte dans la descente à l'abri du vent.

La jonction s'effectuera avec l'autre groupe au premier chalet et ensemble nous continuons en forêt sous la conduite de Claude. 

Cette neige de printemps, très abondante nous à offert une agréable randonnée, avec quelques glissades contrôlées, bien sûr.

 

Yves 

  • Les photos de Françoise et Jean Louis sont ici

Dos du Crét Voland

Mercredi 24 janvier 

 

Les conditions de neige se sont améliorées ces dernières vingt-quatre heures, le regel de la nuit nous offre une neige croûtée, la progression n'en sera que plus aisée , le soleil est déjà très présent à Béranger. 

Notre groupe de neuf se dirige vers Les Teppes , la neige est vierge de toute trace et c'est avec un plaisir partagé, sous cette journée radieuse tant attendue, que nous atteignons le sommet du jour. 

Nous pousserons jusqu'à la Croix Jean-Claude pour le repas, la montre indique trente degrés, la protection solaire est réajustée.

Nous avons fort apprécié dans la  montée la vue sur les montagnes environnantes plâtrées de blanc, d'ici c'est un panorama à trois-cent-soixante degrés, le ciel est au Grand bleu, le regard porte très loin, La Meije semble toute proche, le Mont Blanc à portée de main. 

Notre groupe se divise là, le plaisir sera prolongé jusqu'au Col de Jean pour les uns. Nous autre redescendrons aux Dogettes à la rencontre de nos courageux collègues. 

Ensemble nous fêterons les anniversaires et cette resplendissante journée, beaucoup de plaisir en ce moment de convivialité.

Les fortes quantités de neige tombées cette année nous promettent encore de bien belles randonnées raquettes. 

 

Yves

  • Les photos d'Annick sont ici
  • Les photos de Françoise sont ici

Journée sécurité neige Grand Naves

Mercredi 10 janvier 2018

 

Belle entrée en exercice en ce début d'année, l'exercice sécurité neige sur le domaine nordique de Grand Naves nous permettra un bon retour à notre activité hivernale après les agaves de fin d'année.

En attendant la navette qui nous montera au Tovet, nous procédons aux dernières vérifications de nos DVA. Arrivés à la salle au départ des pistes de ski nordique nous formons les groupes de trois participants pour chacun des quatre encadrants et terminons de nous équiper bien au chaud.

A l'extérieur, la température est fraîche, le ciel couvert pour la journée nous fera bénéficier d'une bonne météo.

Le premier temps de nos exercices, dans la montée vers Les Terreaux, sera consacré à la maîtrise des appareils, double contrôle, recherche à vue, recherche d'un DVA enseveli.

L'arrêt repas sera le bienvenu et quelques friandises et gâteaux spécialement préparés pour cette journée accompagné de délicieux Crèment de Bourgogne (avec beaucoup de modération), nous donneront l'entrain nécessaire à la suite des opérations.

Durant le second temps sur une recherche de trois DVA ensevelis, nous poursuivrons le rappel sur les opérations de sondage, pelletage et toute l'organisation des secours.

Au dernier dernier temps de la valse des sondes, deux groupes seront formés, l'un mettra en place une simulation d'avalanche avec trois DVA ensevelis et témoins visuels, puis restera en observation durant la recherche par le second groupe, débriefing, puis inversion des rôles pour ces deux groupes. 

Beaucoup d'échanges sur l'organisation des diverses interventions nous rappellent que c'est par la pratique que nous acquérons les bons gestes pour une intervention efficace et cela dans des conditions beaucoup plus stressantes.

Dans la descente nous apprécions la traversée des bois de bouleaux avec en tête de belles perspectives de randonnée raquettes.

 

Yves

  • Les photos d'Annick sont ici

Journée sécurité 

dimanche le 17 décembre

 

Nous étions 25 participants et 10 encadrants cette année. C'est en ski ou en raquettes que tout le monde a commencé la montée en direction du lieu dit des Corneilles pour y retrouver nos 6 "victimes" enneigées.

Cette année il y a de quoi faire niveau neige, les premiers à faire la trace l'ont bien ressenti. Après un arrêt révision des fonctions d'un DVA. Les premiers BIP de recherche se font entendre et les pelles commencent à se monter. 

Un peu plus haut c'est au tour de la sonde de sortir pour rechercher les 3 sacs enterrés. 

Et pour finir c'est le trio complet qui est de sorti pour un exercice type. 

 Pour les personnes voulant poursuivre la formation vous trouverez ici quelques informations complémentaires sur la réaction à adopter en cas d'avalanche. 

 

Un bon document récapitulatif de la Chamoniarde que nous a envoyé Olivier ici


Nant du Beurre

mercredi 13 décembre

 

Nous serons neuf à partir pour notre point de départ Grand Naves, Jean-Pierre et Bernadette arrivant à raquettes de Navette par les sentiers nous y attendent déjà.

Avant de quitter le parking, le deuxième contrôle DVA de la saison demande encore un peu de concentration.

Le ciel est dégagé, si le soleil ne réchauffe pas encore le fond de vallée, nous ne désespérons pas de le trouver plus haut.

La trace est à réaliser, un petit rappel est donné pour que tous prennent plaisir dans notre progression, sous les arbres encore bien chargés nous apprécions la belle poudreuse.

Le soleil nous accueil au voisinage du chalet de Pré Essui, la vue est grandiose sur les montagnes environnantes, pas de trace à l'horizon, la neige est immaculée, cette quiétude nous apaise et l'effort pour nos traceurs n'en est que plus allégé.

Nous coupons plusieurs lacets pour tracer dans la pente et la neige profonde, que du plaisir, les vestes sont tombées depuis un bon moment et pourtant il fait bien chaud.

Pile midi lorsque nous atteignons le Nant du Beurre, là un groupe de skieur du CAF Alberville nous rejoint, nous échangeons nos bonnes impressions sur les conditions de neige et la beauté de cette journée.

Le repas est pris sur la terrasse, assis sur un mur de neige, les regards ne quittent pas les montagnes sous un beau ciel où le bleu et les gris s'harmonisent pour faire de l'horizon une toile qui aurait inspiré bien des maîtres de la peinture.

Nous faisons une boucle pour descendre vers Beauregard, toujours une poudreuse bien profonde, le plaisir de cette descente dans les pentes se lit sur les visages, peu de chute, planté du talon et équilibre avec le bras opposé à la raquette du pas avant, le tout en souplesse, venez à nos randonnées, nous vous dévoilerons la technique.

Très belle randonnée que nous clôturons chez Fred pour le levé du verre de l'amitié.

 

Yves

 

  • Les photos de Françoise sont ici
  • Les photos d'Annick sont ici

Les crêtes de Doucy

mercredi 6 décembre

 

Ce mercredi, nous étions 14 à chausser nos raquettes pour une première sortie hivernale.

J’avais choisi les crêtes de Doucy pour profiter de la vue magnifique que nous offre cette balade avant que la station n’ouvre. Je ne me lasse pas de ses beaux paysages et souhaitais les faire partager au groupe.

Départ de la station vers Chantemerle avec, sécurité oblige, contrôle des DVA et du matériel de sécurité. Nous chaussons les raquettes rapidement et montons au soleil jusqu’au plateau des  Echappaux où nous retrouvons la crête que nous suivrons en passant par les chalets de la Charmette, puis le versant est de Montolivet pour arriver au sommet de Montagne de Tête (1806m).

Tour d’horizon superbe à 360 degré avec le Mont Blanc et le Beaufortain, la Vanoise, Crève Tête, le  Cheval Noir, le massif de la Lauzière…

Nous profitons de la terrasse du restau’, « la vache orange » plein sud pour nous restaurer (comme d’habitude avec le café et sa ronde des desserts)

Descente dans une neige encore poudreuse pour revenir aux véhicules.

La fin de la balade s’est déroulée  à l’auberge du Raclaz pour arroser notre nouveau diplômé initiateur raquettes et raquettes alpines !

 

Annick

  • Les photos de Françoise sont ici

Les comptes-rendus : les sorties raquettes à neige

saison 2016 - 2017

La Grande Motte

le 6 mai

 

Il fallait partir de bonne heure ce samedi pour profiter des quelques heures de répit qu'annonçait la météo.

C'est donc sous un beau ciel bleu et dans un silence anachronique que fut entamée, raquettes aux pieds, la remontée du vallon des Lanches.

Progression rapide au bord des pistes avant que vers 3000 un vent furieux nous fasse enfiler la capuche. La première benne du téléphérique qui nous survole annonce l'ouverture des pistes alors que brutalement le ciel s'emplit de nuages et que le brouillard nous enveloppe. L'effort se poursuit cependant pour nous porter à la gare supérieure du téléphérique où une neige humide nous accueille. Décision est prise alors de ne pas se risquer sur l'arête finale et de redescendre retrouver une civilisation qui ne nous a pas vraiment quittés.

Jean-Pierre

  • les photos d'Olivier sont ICI

 


Refuge de Péclet Polset

le 03 mai

 

En ce début de mois de mai, les courageux n'ont pas regretté de s'être levés, car après la neige vient le soleil et le soleil sur la poudreuse annonce une magnifique journée.

Départ des Ruelles avec un thermomètre sous zéro, mais déjà les rayons illuminent le sentier quelques minutes plus haut.

Raquettes sur le sac, la première partie du parcours est quasi plate. Quelques marmottes et plus loin chamois et bouquetins font leur apparition, le décor est grandiose sous le ciel d'azur.

Après avoir chaussé, c'est la montée vers le refuge, la belle trace où l'on enfonce peu nous conduit au but, juste à l'heure de se mettre à table, la table du refuge d'hiver bien sûr.

Retour culturel par la chapelle du Roc de la Pêche et un itinéraire original par les gorges sous les chalets de Montaimont et repartir du parking sous les premiers flocons de la journée.

Jean-Pierre

  • les photos de Roger sont ICI

Lac de Roche Blanche

le 12 avril

 

La météo est bonne, nous verrons que la neige se transformera rapidement. Nous chausserons les raquettes vers 1900m.

Laissant le lac du Lou sur notre gauche, nous admirons au passage la construction d'un beau chalet.

Si nous avions choisi une montée trop à droite, nous nous en sommes vite aperçu, la neige était déjà trop molle. Demi tour et descente vers le ruisseau pour prendre la direction du lac de Pierre Blanche, c'est là que nos cinq randonneurs se poserons pour le repas au soleil, le panorama est apprécié, dommage le calme est troublé par un hélicoptère qui semble longuement en recherche, nous n'en saurons pas d'avantage.

La descente fut difficile avec cette mauvaise neige, glissade au programme.

Au lac, un skieur après un bel élan, tente la traversée et s'arrête à quelques mètres de la rive opposée, les pieds dans l'eau sous les applaudissements des nombreux spectateurs.

Petit rando à refaire avec plus de neige ou bien l'été, le site mérite d'être parcouru sous plusieurs variantes possibles, nous espérons que le projet de remontée mécanique tombera lui aussi à l'eau.

Yves

  • les photos de Françoise sont ICI