Les comptes-rendus: les sorties d'escalade

Printemps - été 2020

Stage escalade adultes, Gorges du Verdon

du 7 au 9 août 2020

Destination La Palud sur Verdon (Alpes-de-Haute-Provence), en passant par les champs d'oliviers et de lavandes récoltées aux chants de cigales.

Depuis une route sinueuse aux côtes surplombantes, nous traversons de la garrigue en tous genre, admiration sur le lac de Sainte-Croix, spectacle de nature, avant goût de roches, ces splendeurs aiguisent nos sens.

Les gorges du Verdon, paradis minéral, accueillent des grimpeurs dans des parois calcaires de 250m à 700m de profondeur avec 1500 voies dans d'innombrables secteurs.

Le Vendredi matin, nous nous rendons au Col d'Ayen où nous empruntons un sentier aux allures de désescalade qui nous amène vers des dalles verticales d'une hauteur moyenne de 15 m. Un échauffement non seulement de muscles, techniques et manipulations mais façon "Pierrade", vu sur ravin, exposé plein sud.

Cervelle en eaux vives, j'ai la tête en orientation rive droite, rive gauche, pour moi, ce sera 3 jours en moulinette...

L'après-midi, nous prenons la route des crètes pour réaliser une grande voie "Loup des Garrigues" qui va permettre de s'adapter aux voies de plusieurs longueurs, de grimper en réversible, en tête et second jusqu'à 5c max. sur 180 m. On démarre par un petit rappel d'une dizaine de mètres pour enchaîner nos points de vue qui prennent de la hauteur, supervisés par Anthony dans nos placements, gestuelle sur cordes, dégaines, assurage et les relais qui se marchent dessus...!

C'est une magnifique balade minéral où la garrigue prospère à se mousquetonner.

Depuis le sommet, nous redescendons en contournant la falaise par une colline. Inspiration profonde sur la botanique locale, parfum de thym et lavandin domine ces pierriers et terres arides, mes pieds se bousculent à leur bouquet végétal. 

Voitures en vu et restaurant prévu, soirée crêperie, ambiance de terrasse pour nid d'hirondelles, pas de zèle, on a les masques ! 

Nuitée en toile de tente, réveil tranquille, petit déjeuner partagé, en ce samedi matin, programmation de "La Dérobée", un 6a malicieux, pas de fille en tête, une convivialité qui ouvre à la surprise.

Pas question de prendre les jambes à mon cou même pour la petite marche d'approche, falaises vertigineuses, je vous aime déjà...

Après les prémices de la veille, ce décor me laisse sans voix, 180 m à descendre en 5 longueurs, je ne chanterai pas "A La Claire Fontaine", ni fontaine, je ne boirai pas de ton eau, va bien falloir y aller...

et là, ça faitEpas rire les patates à la cave...!! Voilà, mon appréhension conjuguer à la magie du moment, il est 11h30 pour le début de l'ascension de ces 180 m cumulés à une perspective d'un contrebas surplombant avec en écho l'eau vive et des cris d'amusement.

Même la première longueur en 5b s'avère un peu affûtée de difficultés, il faut bien tester notre dextérité. Faisant suite à la 6a, Anthony dispose, comme annoncé, en cas de passages compliqués, des sangles pour des prises de mains et de pieds facilitées. Ici, pas de "bac coloré", de la fissure à coincée l'orteil et le doigt dans une forme de dièdre, la chaleur cuit un peu plus nos pieds dans nos chaussons déjà bien ajustés mais heureusement à notre mi-journée, la paroi vire à l'ombre.

Après un relais, un mini chemin mêlé de plantes, d'argousiers ou non, peu importe, petite halte à la méditation ou plutôt préparation. Le mental déclinant nos forces et stratégies restantes est désormais concentré pour franchir les zones délicates, merci Yohan pour tes encouragements et ton aide, surtout pour la dernière longueur : s'adosser à l'arbre puis artifice en surplomb, (6b sur l'ancien topo, hein Antho !), dur à décliper, corde acrobate, " sec sur la jaune", force pure et crise de dégourdis, on ne doit pas rayer la carrosserie...!! Anthony assure de toutes façons notre sécurité ; Nous, les filles, nous lui avions promis une séance musclée, il nous tracte en mode moufflage sur une bonne partie de cette dernière longueur. C'est du fitness mon gars !

19h30, doucement mais sûrement en haut de notre objectif à atteindre, merci Anthony. 

Une douche bien décontractante avant de se réunir devant une carte de mets à savourer n’ôtant rien aux récits de grimpe de la journée.

Dimanche matin en couenne pour certains, pour moi ce sera cueillette de thym aux abords des voies.

Campement rangé, casse-croûte ensemble et chacun reprend sa route selon son projet vacances.

Merci beaucoup à notre moniteur Anthony et à tous (Annick, Tiffany, Yohan, Robert et Marine, de bonne compagnie) pour ce beau séjour escalade...et merci au CAF de Moûtiers et Haute-Tarentaise

 

"Qui peut le plus, peut le moins" !!

 

Fabienne


Les dix nains rouges

 

Il était une fois dix nains rouges qui étaient tout guillerets de partir en voyage vers la Barre des Colombettes, ils marchèrent pendant 1h30 du parking de la Savonne en passant sur le plateau de la Sassière et devant le refuge du Ruitor, qui disons-le dès maintenant, refusa de leur donner à boire au retour de leur voyage pour cause de fermeture alors qu'ils étaient très assoiffés. Ils étaient éblouis de tant de beauté, les couleurs de l'automne se déposant petit à petit sur le paysage environnant, myrtilliers, divers arbustes et herbe grasse. Au bord de la barre, ils décidèrent de grimper sur la voie "Polochon" tandis que d'autres confrères non colorés, beaucoup plus ternes, arpentèrent "Revers et coup droit", un peu trop facile à leur goût d'ailleurs. Pas de difficulté de part et d'autre, si ce n'est pour Polochon un second relais qu'ils eurent du mal à trouver car ils durent s'attacher à un becquet et non à des spits. Les dix petits nains se moquèrent un peu de leurs camarades car ces derniers se trompèrent de direction au 3ème relais qu'ils pensaient communs aux deux voies mais heureusement ils retombèrent ensuite sur leurs pieds, si je puis dire... et retrouvèrent leur voie. En haut des deux voies, les dix nains rouges se reposèrent sur un tas de cordes assorties à leur couleur. Ils aperçurent ensuite un bouquetin avec de belles cornes mais celui-ci décida de ne pas fraterniser et il leur tourna le dos rapidement. Chemin faisant, ils découvrirent plusieurs petits lacs, flaques harmonieuses au milieu d'herbes folles et de belles roches tachées de rouge et de jaune, jusqu'à arriver à un lac plus grand devant lequel ils s'émerveillèrent. Ils avalèrent quelques denrées revigorantes après leur effort physique. Petite "sieste" au soleil et baignade mirifique dans cette eau si pure et si froide, 14-15 degrés pas plus selon leur estimation une fois plongés dedans. L'un d'entre eux eut un peu moins froid que les autres car il était encapuchonné dans son sparadrap. Il se séchèrent ensuite dans un paréo qui avait aussi la même couleur qu'eux, ils aimaient être en harmonie avec les matières et objets environnants. Ils délaissèrent le rappel car ils ne désiraient pas redescendre trop vite, ils préférèrent continuer à marcher et à découvrir d'autres plaines herbeuses, d'autres lacs apaisants, des sentiers et un torrent en adéquation avec leur état d'esprit calme, serein et contemplateur. Ils rencontrèrent des boucs aux cornes somptueuses et un Patou très bonhomme qui ne leur chercha aucune noise, les regardant juste passer sans broncher d'un poil. Les dix nains rouges finirent leur périple sur la terrasse d'un bar un peu plus bas, au soleil, en sirotant une bière sans alcool car ils avaient décidé de limiter un peu leur consommation ces temps-ci, ils avaient peur de ne pas retrouver leur chemin et de s'éparpiller par monts et par vaux alors qu'il vaut mieux rester soudés quand on est petit et rouge. Cependant ils fumèrent quand même une clope car il ne faut pas tout arrêter en même temps, ce serait dangereux pour leur santé. Cette journée fut magnifique et fort sympathique en petit comité, les dix nains rouges furent également heureux de copiner avec d'autres nains blancs, ils s'entendirent à merveille, ils firent même des ronds dans l'eau ensemble, partagèrent un cake et une tablette de chocolat, une baignade et même des rires, c'est pour dire, les joyeux drilles... 

 

Anne Laure

  • Les photos d'Anne Laure sont ici

Les comptes-rendus: les sorties d'escalade

Printemps - été 2017

Arêtes Blanches du Fut

le 18 juin

 

Il n'y avait pas foule au départ de cette première course d'arête en grande voie de l'été.

Nous étions 3 et nous nous sommes régalés.

Certes l'approche est un peu longue, la course d'arête entre pas montants et désescalades et rappels également et le sentier de retour avec ses lacets interminables qu'il faut couper, mais le rocher est splendide et très agréable, la vue pendant tout le parcours est un merveilleux panorama du Mont Blanc aux glaciers de la Vanoise et plus encore.

La progression en flèche a été chronophage mais sur le chemin du retour, quand l'heure de la tartelette aux framboises est venue, aucun d'entre nous n'était pressé de rentrer.... Merci Jean-Pascal (ou merci le pâtissier) pour ce merveilleux goût de fin de journée.

Émilie

  • les photos de Jean-Pascal sont ICI